•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« C'est très triste à voir », dit Trump à propos des feux de forêt en Californie

Les précisions de Kim Vermette
Radio-Canada

Donald Trump a exprimé sa profonde tristesse samedi en visitant la petite ville californienne de Paradise, dévastée par l'incendie le plus meurtrier de l'histoire de cet État.

« C'est très triste à voir », a déclaré le président des États-Unis, au milieu des ruines, accompagné de la mairesse de la ville, Jody Jones. « En ce qui concerne le nombre de morts, personne ne sait véritablement à ce stade, il y beaucoup de personnes portées disparues », a-t-il ajouté.

Le nombre de personnes portées disparues dans la foulée de l'incendie est maintenant de plus de 1276.

Paradise, petite communauté rurale située à 280 kilomètres au nord de San Francisco, abritait près de 27 000 habitants avant d'être très largement incinérée par les flammes, durant la nuit du 8 novembre.

Les autorités ont indiqué y avoir récupérés les dépouilles d'au moins 76 morts.

« Personne n'aurait pu penser que cela se produirait », a confié M. Trump à la presse, debout entre les ruines d'un ancien parc de roulottes.

Pour l'instant, nous voulons prendre soin des gens qui ont été gravement touchés.

Donald Trump, président des États-Unis

Le président était accompagné du gouverneur de la Californie, Jerry Brown, et du gouverneur élu, Gavin Newsom. M. Brown a indiqué que le gouvernement fédéral faisait le nécessaire, y compris aider les intervenants d'urgence et collaborer au nettoyage et à la recherche de victimes.

Les feux de forêt en cours, qui ont aussi fait trois morts au sud de l'État pour un total de 79 victimes, se classent déjà parmi les pires du dernier siècle aux États-Unis. Quatre-vingt-sept personnes avaient été tuées dans l'incendie surnommé Big Burn, qui a dévasté le nord des Rocheuses en août 1910. En octobre 1918, le Cloquet Fire, au Minnesota, avait fait 450 victimes.

M. Trump a imputé la récente série de feux de forêt à une mauvaise gestion forestière, et il a dit avoir abordé le sujet avec MM. Brown et Newsom en chemin vers Paradise.

« Je ne pense pas que nous aurons de nouveau quelque chose d'aussi important », a indiqué le président. « Avec de la chance, cela sera le dernier du genre, parce que c'était un incendie très, très mauvais. »

Des flammes déchaînées

Les autorités estiment que le grand nombre de personnes tuées par le feu en cours dans le nord, surnommé « Camp Fire », est entre autres dû à la grande vitesse des flammes, qui ont dévasté la ville sans prévenir, alimentées par de forts vents ainsi que des arbres et des buissons touchés par la sécheresse.

Plus d'une semaine plus tard, les pompiers ont réussi à contenir environ 55 % du périmètre du brasier. Les flammes couvrent une zone de 240 kilomètres carrés, ont indiqué des responsables.

Outre le nombre de morts, les pertes matérielles provoquées par l'incendie en font le feu le plus destructeur de l'histoire de la Californie, et offrir des abris à long terme à des milliers de résidents jetés sur les routes représente une difficulté supplémentaire.

Au moins 1100 évacués sont hébergés dans 14 refuges d'urgence, et plus de 47 000 personnes sont toujours sous le coup d'un ordre d'évacuation.

Les causes précises des incendies Camp et Woolsey – qui brûle dans le sud de la Californie – font toujours l'objet d'enquêtes, mais des compagnies d'électricité ont fait savoir que de l'équipement avait subi des problèmes dans les environs des lieux d'origine des brasiers.

Avec les informations de Reuters

Feux de forêt

International