•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Claude Meunier : « Je n’ai pas l’impression que La petite vie est finie »

Cinq minutes avec l’auteur et comédien Claude Meunier

Celui qui a mis au monde Ti-Mé et sa famille dysfonctionnelle - et attachante - dit avoir encore l'impression de vivre à l'époque de La petite vie, sa série culte qui continue d'être diffusée et dont on lui parle toujours autant. Claude Meunier a discuté des moments forts de sa carrière, et de ceux plus difficiles, avec Louis-Philippe Ouimet.

La série humoristique célèbre cette année ses 25 ans, alors que la pièce Broue, qu’il a également écrite avec des collaborateurs, s’apprête à souffler ses 40 bougies.

« La petite vie est encore très présente dans ma vie, raconte-t-il. Les gens me disent toujours : “Thérèse, je la connais”, “Lison, c’est ma belle-soeur”, “Rénald, c’est mon frère”, “Mon mari, c’est Ti-Mé”. »

C’est la chose la plus connectée que j’ai faite avec les Québécois. [...] Sur le plan relationnel, je disais de vraies choses, je faisais un vrai portrait de la famille québécoise et les gens se retrouvaient là-dedans. J’avais l’impression que je parlais vraiment aux gens.

Claude Meunier, au sujet de « La petite vie »

L’auteur parle encore avec émotion de cette période de sa carrière qui a été une grande partie de plaisir pour lui, partagée avec une « équipe formidable », affirme-t-il.

Ces années intenses d’écriture et de création, il les a vécues avec la « gang » qui l’accompagnait à ses débuts. Marc Messier, Serge Thériault, Michel Côté, Louis Saia et Michèle Deslauriers, entre autres, se sont suivis sur plusieurs productions.

La critique difficile à accepter

Les plus récents projets de Claude Meunier à la télévision - Détect. Inc., Adam et Ève, Ti-Mé show - n’ont pas tous été bien reçus. L’auteur affirme qu’il accepte difficilement la critique, et il a eu à en affronter de très dures ces dernières années.

« [La critique], c’est souvent quelque chose qui nous fait reculer ou qui nous rend paralysés pendant un bout de temps. Moi, je suis bien orgueilleux et je le prends mal. »

S’il y a un endroit où on risque de le voir sous peu, c’est au théâtre. « Le cinéma, j’ai bien aimé ça, [...] mais c’est long au Québec, ça prend 4-5 ans. »

« J’ai le goût de retourner au théâtre et, de toute façon, j’ai toujours écrit du théâtre. Mes meilleures affaires, ce sont des affaires de théâtre. »

Séries télé

Arts