•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services en français : la C.-B. s’en va « dans une tout autre direction » que l’Ontario

Doug Ford debout à côté de Vic Fedeli.

Doug Ford a défendu l’abandon du projet d’Université de l’Ontario français et la dissolution du Commissariat aux services en français, des mesures annoncées dans l’énoncé économique de son ministre des Finances, Vic Fedeli

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Pour de nombreux francophones, les coupes dans les services en français en Ontario rappellent la fragilité des acquis en milieu minoritaire. Le ministre responsable des Affaires francophones de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, assure toutefois que la province s'en va dans la direction opposée de celle choisie par le premier ministre ontarien, Doug Ford.

Un texte de Michaële Perron-Langlais

Incompréhensible, étonnante, décourageante... c'est ainsi que des francophones et francophiles de la Colombie-Britannique ont qualifié la décision du gouvernement ontarien de laisser tomber le projet d'Université de l'Ontario français et d'éliminer le Commissariat aux services en français.

« Ça envoie un message que finalement, un gouvernement provincial ou territorial peut, à n’importe quel moment, prendre des décisions qui semblent vouloir dire à leur population francophone : “Nous ne sommes pas obligés de vous respecter, de veiller à votre développement en tant que communauté de langue officielle” », dit le directeur général de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB), Robert Rothon.

Rémi Marien, le directeur général du Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique (CJFCB), se dit particulièrement déçu de l’abandon du projet d’Université de l’Ontario français, un dossier qui a été porté par les jeunes de la province, souligne-t-il.

Ce qui me choque le plus, c’est de voir comment une décision peut remettre en cause tellement d’années de travail. Ça nous fait prendre conscience qu’on est finalement à la merci d’une décision.

Rémi Marien, directeur général du Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique

Pour Robert Rothon, la décision du gouvernement ontarien fait reculer de plusieurs années la cause francophone au pays.

Il n’est toutefois pas inquiet qu’une situation semblable se produise en Colombie-Britannique, pour le moment. « Nous jouissons d’un gouvernement qui semble très ouvert à la notion des langues officielles », soutient le directeur de la FFCB.

Le directeur du Bureau des affaires francophones et francophiles (BAFF) de l’Université Simon Fraser, Gino LeBlanc, est lui aussi de cet avis.

« Au BAFF, on fait des progrès, dit-il. Ce n'est pas parfait, mais il faut en profiter, lorsque la conjoncture est positive, pour faire avancer nos dossiers et autant que possible protéger nos acquis comme francophones en milieu minoritaire. »

La province promet de soutenir la communauté francophone

Le ministre Adrian Dix promet d’ailleurs que la province souhaite offrir plus de services en français à ses citoyens.

« On a ajouté des programmes, rappelle-t-il. On soutient davantage la communauté. Nous pensons que c’est un avantage pour la Colombie-Britannique que les gens qui ne parlent pas le français apprennent le français et que les francophones puissent vivre en français dans la province. »

On peut faire mieux ici, en Colombie-Britannique. On va faire mieux, ici en Colombie-Britannique, et je pense que ça va peut-être aider d’autres provinces à voir la bonne voie.

Adrian Dix, ministre responsable des Affaires francophones

Gino LeBlanc rappelle malgré tout que les francophones doivent demeurer aux aguets. « Les reculs peuvent se faire rapidement, comme on le voit en Ontario, prévient-il. La francophonie doit se serrer les coudes ici en Colombie-Britannique et partout au Canada, pour s’assurer qu’il n’y a pas de reculs. »

Robert Rothon invite quant à lui les francophones et francophiles de tout le pays à écrire au premier ministre ontarien et à signer des pétitions pour tenter de convaincre Doug Ford de revenir sur sa décision.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale