•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Récompense doublée pour les Chinois qui dénoncent des contenus en ligne « illégaux »

Une femme consulte le réseau social Weibo dans un café chinois.

L’administration chinoise du cyberespace veut renforcer son contrôle sur le sites qui influent sur l'opinion publique, comme le réseau social Weibo.

Photo : Getty Images / AFP/Mark Ralston

Agence France-Presse

La récompense promise aux citoyens chinois qui rapporteraient aux autorités tout contenu « illégal » ou pornographique sur internet sera doublée, a annoncé vendredi le régulateur des médias en Chine, au moment où Pékin renforce la censure en ligne.

À partir du 1er décembre, une récompense allant jusqu’à 600 000 yuans (113 700 dollars canadiens) sera attribuée à ceux qui rapporteront aux autorités un contenu illégal publié en ligne ou sur un autre support. C’est le double de la somme de 300 000 yuans promise jusque-là, selon une nouvelle réglementation rendue publique par les services du régulateur des médias.

Est considéré « illégal » en Chine tout contenu qui « met en danger l’unité nationale », « perturbe l’ordre social » ou constitue « une fuite de secrets d’État ». Ces termes sont également utilisés par les autorités lorsqu’elles cherchent à réduire au silence les dissidents et les défenseurs des droits de la personne.

Cette semaine, l’administration chinoise du cyberespace (CAC), chargée du contrôle d’internet, a annoncé avoir « nettoyé » 9 800 comptes accusés de répandre des informations « politiquement nuisibles » et des rumeurs dans les réseaux sociaux chinois.

Le régulateur d’internet a également réprimandé les plateformes de réseaux sociaux WeChat et Weibo accusées de négligence et d’« irresponsabilité ».

Jeudi, la CAC a publié une nouvelle réglementation qui oblige les plateformes internet à sauvegarder d’ici la fin novembre un grand nombre de données personnelles des utilisateurs, dont la participation aux discussions en ligne, les adresses IP et le type d’appareil.

Ces informations pourront être consultées par la police ou le régulateur chaque fois qu’ils l’exigeront.

Ces nouvelles exigences s’inscrivent dans le cadre des efforts de la CAC pour renforcer son contrôle sur les sites qui influencent l’opinion publique, comme les forums de discussion, les blogues ou le « Twitter » chinois, Weibo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Internet

Techno