•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compression dans les services en français : Doug Ford rappelle un jeune Franco-Ontarien pour s'expliquer

William Burton dans un studio radio de Radio-Canada
William Burton est étudiant en théâtre à l'Université d'Ottawa. Il est aussi fondateur du mouvement Le Réveil. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

William Burton, un jeune Franco-Ontarien, n'a pas voulu rester les bras croisés devant la décision du gouvernement ontarien de supprimer le Commissariat aux services en français et d'annuler le projet d'université francophone à Toronto. Il a appelé vendredi le premier ministre Doug Ford et, à sa plus grande surprise, celui-ci lui a répondu. Il lui a expliqué que c'était une question d'argent, tout en blâmant ses prédécesseurs libéraux.

À 14 h 23, le jeune de 20 ans d'Ottawa appelle le premier ministre ontarien sur son cellulaire, dont il a trouvé le numéro sur Internet.

Je voulais savoir pourquoi il avait aboli l'université, pourquoi il abolit le commissariat, explique l'étudiant en théâtre.

À sa grande surprise, Doug Ford lui répond, mais lui dit qu'il est occupé et qu'il le rappellera. Une promesse que tiendra le premier ministre.

Radio-Canada a confirmé que le numéro composé par William Burton était bien celui de Doug Ford. Sans confirmer l'authenticité du message vocal, l'attaché du premier ministre a indiqué qu'il était dans les habitudes de Doug Ford de rappeler personnellement des citoyens afin de répondre à leurs préoccupations.

À 16 h 22, il rappelle William Burton et lui laisse un message d'un peu plus d'une minute.

Ce n'est pas que je ne veux pas une université francophone [...] mais le gouvernement libéral a menti. Il vous a menti, il m'a menti, il a menti à l'Ontario. Nous n'avons pas l'argent. C'est aussi simple que ça, déclare Doug Ford.

Ça n'a rien à voir avec le français. Nous n'avons pas l'argent. C'est aussi simple que ça, mon ami.

Doug Ford, dans un message vocal à William Burton

M. Burton est alors sous le choc. J'étais sûr qu'il n'allait pas me répondre, avoue-t-il.

Une conversation avec le premier ministre

Ce n'est qu'en fin d'après-midi que William Burton parvient à parler de vive voix au premier ministre, alors qu'il se trouve dans un studio de Radio-Canada. Le téléphone sonne trois fois avant que Doug Ford décroche.

William Burton aura une conversation de quelques minutes avec le premier ministre ontarien.

– Pourquoi on a dû couper le commissariat?

– Non, ce n'est pas vrai. Ne crois pas ce que tu lis dans les journaux ou en ligne, ce sont des mensonges. Nous n'avons rien coupé, nous avons fusionné deux commissariats. Vous aurez une voix, une des meilleures ministres de mon cabinet sera là. Nous allons vous écouter, il n'y a pas de coupes.

Le premier ministre dit avoir reçu plusieurs centaines d'appels à ce sujet et répète à plusieurs personnes que sa décision n'a rien à voir avec les francophones.

Je dois représenter tout le monde en Ontario. C'est ce que je fais et je n'ai pas le choix pour rembourser le déficit.

Doug Ford, lors d'une conversation avec William Burton

Si le jeune Ottavien se considère chanceux d'avoir pu parler au premier ministre, il n'est pas convaincu par ses explications.

Il y a une différence entre entendre et écouter. Il écoutait les mots que je disais, mais il était déjà en train de préparer sa contre-attaque, considère William Burton.

Je ne sais pas si ça va faire une différence dans sa tête. Il n'a pas consulté les organismes francophones [avant de prendre sa décision], donc notre opinion, je ne sais pas si elle vaut quelque chose pour lui, conclut le jeune Franco-Ontarien.

Avec les informations de Jérôme Bergeron

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale