•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mikhail Bashkirov, le Russe passionné des peuples métis

Un homme russe dans une salle, pour assister aux célébrations du 133e anniversaire de la mort de Louis Riel.
Mikhail Bashkirov est chercheur et professeur dans une université de la Sibérie, en Russie. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Une soixantaine de membres de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJ) ont souligné vendredi 16 novembre le 133e anniversaire de la mort du chef métis Louis Riel. Mikhail Bashkirov, un chercheur venu de la Sibérie, en Russie, et passionné de la culture et des peuples métis, a assisté aux commémorations.

Un texte d'Abdoulaye Cissoko

C'est sous le froid et quelques flocons de neige que les membres de l'UNMSJM se sont recueillis sur la tombe de leur chef historique. De quoi rappeler à Mikhail Bashkirov le froid vigoureux de sa Russie natale.

Le professeur de l'Université fédérale du Nord-Est de la ville d'Iakoutsk fait son stage postdoctoral à l'Université de Saint-Boniface sur le thème des « mémoires collectives historiques pour les communautés métisses au Manitoba ».

Des membres de l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba devant la tombe de Louis Riel.Des membres de l'UNMSJM lors du 133e anniversaire de la mort de Louis Riel. Photo : Radio-Canada

Il explique qu'il a toujours eu de l'intérêt pour les communautés métisses. « À mon avis, c'est un des sujets les plus intéressants de l'histoire du Canada. Comme chercheur, c'est très intéressant pour moi d'être ici, car il y a des communautés différentes et une situation unique au Manitoba », affirme-t-il.

Pour le chercheur russe, il s'agit de comprendre le mode de fonctionnement de la communauté métisse, notamment la représentation de sa mémoire collective dans l'espace public. C'est en 2010 que Mikhail Bashkirov a découvert l'histoire de Louis Riel, alors qu'il préparait sa thèse sur les minorités francophones en Amérique du Nord.

« J'ai compris que la figure historique de Louis Riel est un sujet important pour les historiens et les anthropologues. Après, j'ai commencé à lire des écrits le concernant et aussi sur Gabriel Dumont [NDLR : Un allié de Louis Riel qui a aussi lutté pour les Métis de l'Ouest canadien]. Le destin de la communauté métisse dans l'Ouest canadien est très intéressant », explique-t-il.

Dans le cadre de ses recherches, Mikhail Baskirov a comparé des communautés métisses en Sibérie et celles de l'Ouest canadien. Il dit que, outre la ressemblance géographique entre la Sibérie et cette partie du Canada, il existe des points communs entre ces deux peuples. « La manière dont les peuples autochtones sont entrés en contact avec les Russes ou avec les Canadiens français est la même », souligne-t-il.

Mais il y a également des différences. Selon lui, au Canada, en plus des questions identitaires et culturelles, les Métis ont des revendications politiques, ce qui n'est pas le cas en Russie. « Chez nous, les revendications sont seulement d'ordre culturel et identitaire », note le chercheur.

Le séjour de Mikhail Baskirov au Canada a pris fin le jour de la commémoration de la mort de Louis Riel. Le chercheur se dit ravi d'avoir assisté à un tel événement.

Les membres de la Fédération des Métis du Manitoba (MMF) ont également fait une cérémonie sur la tombe de Louis Riel vendredi, pour commémorer sa mort.

Manitoba

Histoire