•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

René Ephestion, le premier prétendant à la chefferie du Parti libéral du Nouveau-Brunswick

René Ephestion, directeur général de la Maison Nazareth.
René Ephestion est directeur général de la Maison Nazareth. Il compte se présenter à la direction du Parti libéral du N.-B.. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

René Ephestion est directeur général de la Maison Nazareth, un refuge pour les sans-abri à Moncton, et président de la Commission d'inclusion multiculturelle de l'Association libérale du Nouveau-Brunswick. Il se lancera dans la course à la chefferie du Parti libéral, a-t-il confirmé à Radio-Canada vendredi après-midi.

Je vais y aller, dit-il sans hésitation. J’ai discuté avec quelques personnes et il faut qu’il y ait une voix vraiment progressiste et réformatrice qui s’exprime durant la course à la chefferie pour essayer d’influencer les politiques qui seront mises en place et quelle sorte de chef nous avons besoin pour répondre aux urgences actuelles du Nouveau-Brunswick.

Brian Gallant, ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, a remis sa démission du poste de chef du Parti libéral jeudi matin. René Ephestion est le premier membre du Parti libéral à confirmer qu'il se lancera dans la course à la chefferie. Brian Gallant demeurera chef de l'opposition officielle tant que le parti n'aura pas choisi son nouveau chef. 

René Ephestion a décidé de se lancer dans la course parce que nous vivons dans une époque où les discours qui divisent ont un écho important auprès des citoyens.

Au Nouveau-Brunswick, cela se traduit notamment par l’élection de trois députés de l’Alliance des gens, dit-il. On n'a jamais vu ça auparavant, on est dans une période trouble. Il ne faut pas laisser germer la graine de la division qu’il y a en ce moment dans la province.

René Ephestion compte donc soumettre des idées progressistes et réformatrices.

Brian Gallant a commencé à faire ces choses-là, mais n’a pas été assez vite et assez fort pour moi.

René Ephestion

Il faut réformer notre système de santé, notre système d’éducation. Il faut aller beaucoup plus loin dans tout ce qui est réforme de nos mœurs, de nos lois, de nos institutions, conclut-il.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale