•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’usine Nutritec va rouvrir ses portes

Une affiche « Défense de passer » devant l'usine Nutritec.

L'usine Nutritec est fermée depuis octobre à Saint-François, dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'usine Nutritec qui avait été contrainte de fermer ses portes à Saint-François-de-Madawaska en octobre dernier a finalement reçu le feu vert de la province pour reprendre ses activités. Le comité de citoyens qui a intenté un recours en justice contre l'usine pour demander sa fermeture est dans tous ses états.

Un texte de Camille Martel

On devrait rouvrir dans deux semaines, indique le président de Nutritec, Bob Kiely.

Nos clients étaient très inquiets, comme nous sommes un des seuls fournisseurs de fumier biologique dans la région, ajoute M. Kiely, qui dit que les pertes n’ont toujours pas été évaluées.

Il assure que la province n’a pas été en mesure de démontrer que l’usine émettait des composés nocifs pour la santé.

Nutritec a toutefois été assujettie à certaines rénovations par la province pour reprendre ses activités, mais il a été impossible de savoir si ces mesures concernaient la qualité de l'air ou toute autre défaillance.

La province a un programme de surveillance de la qualité de l’air depuis avril et on n'a rien trouvé. On ne peut pas réparer ce qu’on ne trouve pas.

Une citation de : Bob Kiely, président de Nutritec

M. Kiely dit que l’usine a aussi son propre programme de surveillance de la qualité de l’air et qu’il s’engage à en informer la province s’il y a quoi que ce soit.

Une poursuite frivole

Un groupe de citoyens de Saint-François-de-Madawaska a intenté un recours en justice contre Nutritec l’été dernier. Ils demandent à ce que l’usine ferme ses portes en raison des odeurs nauséabondes qui émanent des lieux.

Il y a un petit groupe qui nous poursuit en justice, donc j’imagine qu’on va les entendre prochainement, laisse entendre M. Kiely.

À son avis, les citoyens de la région ont réagi de façon excessive en intentant une poursuite, qu’il qualifie d’ailleurs de frivole.

L'usine Nutritech de Saint-François-de-MadawaskaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'usine Nutritech de Saint-François-de-Madawaska fait rager les citoyens, qui se plaignent des fortes odeurs que dégage l'établissement.

Photo : Radio-Canada

Des citoyens abasourdis

Je suis vraiment déçue, je ne pensais jamais que ça allait rouvrir, laisse tomber Monique Lévesque, porte-parole du groupe de citoyens de Saint-François qui a intenté une poursuite contre l’entreprise Nutritec.

Son mari et elles sont installés dans la région depuis quatre ans et travaillent sur leur ferme.

Je n’y crois pas qu’ils n’ont rien trouvé. C’est impossible, ajoute-t-elle, abasourdie par la nouvelle.

La santé publique ordonne de faire fermer l’usine pour protéger notre santé, donc on ne comprend pas cette décision. Quand on va dehors, on étouffe!

Une citation de : Monique Lévesque, porte-parole d'un groupe de citoyens de Saint-François-de-Madawaska

Ça fait un mois que l’usine ne fonctionne plus et on se sent mieux, renchérit Mme Lévesque qui estime que les rénovations ne vont rien apporter de nouveau. Ils nous disent qu’ils changent des choses et puis ça ne s’améliore jamais.

La poursuite intentée par le groupe de citoyens ne sera pas entendue avant le printemps prochain. D’ici là, le groupe va continuer à se battre, assure Monique Lévesque, qui compte d’ailleurs rencontrer ses concitoyens rapidement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !