•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compressions aux services en français : des choix difficiles, selon Caroline Mulroney

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, en Chambre

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Introuvable lors de l'annonce de décisions qui ont suscité la colère des francophones, la ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario a tenté de se faire rassurante, lors d'une entrevue à Radio-Canada. « La protection des droits linguistiques sera toujours présente en Ontario », assure Caroline Mulroney.

La ministre n'était pas à l'Assemblée législative ontarienne jeudi lorsque le gouvernement Ford a annoncé l'abandon du projet d'université de langue française et l'élimination du Commissariat aux services en français.

Questionnée sur son absence, elle a expliqué depuis l'aéroport qu'elle se trouvait à Terre-Neuve pour participer à une conférence en tant que procureure générale, son autre responsabilité au sein du gouvernement. Je suis disponible pour répondre aux questions, a-t-elle dit.

La disparition du Commissariat est une décision de notre gouvernement , a-t-elle répondu. Notre gouvernement a été élu pour livrer les services de façon plus efficace, a-t-elle ajouté.

Les responsabilités du Commissariat seront confiées au bureau de l'ombudsman. Mme Mulroney souligne que les employés seront transférés et que le traitement des plaintes et les enquêtes continueront à être effectués.

La ministre a toutefois été incapable de chiffrer les économies qui découleront de cette décision, disant simplement qu'elles seront faites au fur et à mesure.

Au sujet de l'abandon du projet d'université de langue française, Mme Mulroney a reconnu que beaucoup de travail avait déjà été accompli. Je sais que la communauté franco-ontarienne s'attendait à cette université, a-t-elle reconnu.

Elle souligne que trois autres projets de nouveau campus, en banlieue de Toronto, ont aussi été annulés pour des raisons financières.

La ministre évoque le déficit plus élevé que prévu laissé par le précédent gouvernement, pour expliquer que certaines promesses ne pourront se matérialiser.

Ce sont des décisions difficiles, mais importantes parce que les Franco-Ontariens, les francophones et tous les Ontariens s'attendent à ce que le gouvernement puisse garantir, maintenant et dans le futur, la prestation de certains services nécessaires comme les hôpitaux et les services routiers.

Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones

Caroline Mulroney a l'intention de travailler avec les 10 universités et collèges de l'Ontario qui offrent déjà des services en français pour améliorer l'accès et le nombre d'étudiants qui choisissent de continuer leur éducation postsecondaire en français.

Politique provinciale

Politique