•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme québécois de détection des tiques bientôt en Ontario

Une tique sur un brin d'herbe avec ses oeufs. Il y en a plusieurs sur un seul brin d'herbe.
Seule la tique à patte noire peut transmettre la maladie de Lyme dans l'Est canadien. Photo: Getty Images

Les Ontariens pourront identifier plus facilement les tiques, dont la tique à patte noire, responsable de la maladie de Lyme, grâce à un site Internet mis sur pied par l'Université Bishop's à Sherbrooke. La plateforme « eTick.ca » vient d'obtenir un appui financier de plus de 477 000 dollars afin qu'elle s'étende en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Un texte de Caroline Bourdua

La somme provient de l’Agence de santé publique du Canada (ASPC).

Le site eTick.ca est un projet de science citoyenne à travers laquelle les gens peuvent soumettre les tiques qu’ils ont trouvées pour identification.

Jade Savage, biologiste de l’Université Bishop’s

Cette plateforme qui a été développée en 2014 au Québec étendra grandement la capacité de couverture géographique pour observer et surveiller les tiques.

Selon la biologiste, des tiques pourront être récoltées dans des endroits isolés. Voilà pourquoi l’on fait appel aux chasseurs et aux pêcheurs.

Une piqûre de tique.Une rougeur sur la peau, à l’endroit de la piqûre, apparaît dans 60 % à 80 % des cas d’infection. Elle s’étend rapidement, notamment en forme d’anneau ou de cible. Photo : iStock

Nous pourrons recueillir beaucoup plus de données sur les tiques, qui, lorsque déclarées, sont immédiatement répertoriées sur une carte interactive, explique la chercheure Jade Savage, à l’origine du projet.

Dès le printemps 2019, deux chercheurs, l’un à l’Université d’Ottawa et l’autre à l’Université Guelph, auront pour mandat de recueillir les données et les échantillons de tiques fournies en Ontario.

La santé publique de l’Ontario a déjà des cartes montrant à quel endroit dans la province il y a présence de tiques.

Une carte géographique.La Santé publique de l’Ontario offre chaque année une carte des régions où l’on pourrait retrouver la maladie de Lyme dans la province. Photo : Santé publique Ontario

Ce n’est pas un dédoublement indique Mme Savage. Nous voulons suivre la progression en temps réel, des différentes espèces, tandis que la carte actuelle n’offre pas cette possibilité.

La tique et l’humain

Il y a certaines espèces à certains endroits dont la présence est connue.

Mais la tique à patte noire, responsable de la maladie de Lyme n’existait pas il y a 25 ans, ni au Québec ni en Ontario.

Pour Mme Savage, le site Internet permet à une personne de savoir immédiatement si la tique qui l’a piquée transmet la maladie de Lyme.

Un échantillon de tique tenu dans une main.Des chercheurs de l’Université d’Ottawa s’associeront au projet eTick.ca pour analyser les échantillons cueillis en Ontario dès le printemps 2019. Photo : Université d'Ottawa

Il y a seulement une espèce dans l’Est du Canada qui peut transmettre la maladie de Lyme, explique-t-elle. Donc si l’on peut savoir quel est le type de tique qui nous a mordus, cela abaisse l’anxiété très rapidement.

Il existe une autre espèce de tique dans l’Ouest canadien, responsable aussi de la maladie de Lyme.

Le projet aboutira plus tard dans ces provinces, mais ce n’est pas pour plusieurs années encore, conclut Mme Savage.

Faune et flore

Environnement