•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Gratuivores : récupérer les aliments jetés pour contrer le gaspillage alimentaire

Jérémy tient le couvercle d'un conteneur pendant que son frère sort.
Jérémy aide son frère Alexandre à sortir d'un conteneur à déchets. Photo: Radio-Canada / Vicky Boutin

Leur mission : que tout le monde mange à sa faim. Pour y arriver, ils récupèrent des aliments jetés par les grandes chaînes d'alimentation, mais qui sont encore comestibles. Jusqu'au fond des conteneurs, ils ne lèvent pas le nez sur ce qui peut encore être cuisiné. Bienvenue chez les Gratuivores.

Un texte de Rosalie Dumais-Beaulieu

Depuis quelques mois, une petite communauté s'organise à Saguenay autour de la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Chaque jour, une épicerie leur donne des bacs remplis d'aliments qui ne peuvent pas être vendus parce qu'ils sont flétris ou moins frais et qui ne sont pas donnés à la banque alimentaire Moisson Saguenay.

Une fois cuisinés, ceux qui se nomment les « Gratuivores » offrent ces aliments à qui veut bien se servir dans leur réfrigérateur collectif. La contribution monétaire est volontaire.

Nicole Huybens et Jessica Saulnier fouillent dans le bac rempli de fruits et de légumes.Nicole Huybens et Jessica Saulnier font le tri des légumes et des fruits récupérés. Même les pelures sont conservées pour les donner à des poules. Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Il y a des gens à Chicoutimi qui ne mangent pas de fruits et légumes parce que c'est cher et ça se retrouve dans les conteneurs. C'est épouvantable.

Nicole Huybens, bénévole

C'est justement dans les poubelles, à la tombée de la nuit, que se fait une autre partie de la récolte d'aliments. Des cueilleurs courageux n’hésitent pas à plonger au fond du conteneur pour y trouver toutes sortes de produits.

On trouve des cosmétiques, du chocolat, des fruits, des légumes. Ça nous coûte presque rien, manger, depuis cinq ans, témoigne Jérémy Leblanc.

Du conteneur aux fourneaux, les Gratuivores sauvent même les aliments les plus abîmés en cuisinant tous ensemble.

Jérémy brasse le contenu d'un chaudron sur le four.Jérémy concocte un mijoté de jambon avec les aliments récupérés. Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

On a tellement de bouffe ici que mes enfants mangent des fruits et des légumes jusqu'à s'en écoeurer, raconte Jessica Saulnier, une mère de cinq enfants qui donne plusieurs heures de son temps chaque jour pour l’organisation des Gratuivores. Ils me disent : "Oh non, maman, pas encore des légumes!" précise-t-elle en riant.

Jessica Saulnier place les aliments dans un frigo.Jessica Saulnier place les aliments récupérés dans un frigo. Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Une histoire de balcon

L'aventure des Gratuivores a commencé l'été dernier sur le balcon de Ginette Méthé, qui gardait des glacières remplies de nourriture. Plusieurs passaient la voir pour repartir les mains pleines.

Avec l’arrivée de l’hiver, le groupe s’est trouvé un local plus adéquat.

Ginette et Jérémy coupent des légumes.Ginette et Jérémy coupent des légumes qui serviront à préparer des repas. Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Au-delà des légumes, les Gratuivores voient dans leur mouvement une contribution sociale.

Hier à minuit, il y en a un qui est passé qui a vu que c'était encore ouvert. Il m'a demandé des légumes parce qu'il s'en allait dormir dans l'autogare. C'est vraiment une réintégration sociale par l'alimentation, raconte Jérémy Leblanc.

Gros plan sur des fruits et légumes flétrisUn bac de fruits et de légumes flétris récupérés dans une épicerie Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Selon le Conseil national zéro déchet, les Canadiens produisent 2,2 millions de tonnes de déchets alimentaires chaque année.

C'est dans ce contexte que les Gratuivores veulent lancer une pétition afin que les épiceries soient plus nombreuses à donner ce qui est comestible, mais se retrouve généralement à la poubelle.

Saguenay–Lac-St-Jean

Environnement