•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La caravane de migrants : le regard de nos envoyés spéciaux

Radio-Canada

Plusieurs milliers de migrants, partis à pied du Honduras le 13 octobre dernier, ont remonté vers le nord, jusqu'à la frontière américaine, pour demander l'asile aux États-Unis. Ces femmes, enfants et hommes, qui ont fui la violence et la pauvreté au Honduras, se déplacent dans des conditions précaires et dangereuses. Nos envoyés spéciaux nous ont offert divers points de vue sur cette caravane.


Sur la route de la caravane de migrants : « Trump n’a aucun pouvoir! Le vrai patron, c’est Dieu! »

Un garçon, un homme et un jeune homme, assis sur le trottoir, Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des migrants de la caravane partie du Honduras le 13 octobre dernier sont au stade Jésus Martinez, à Mexico.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

9 novembre - Ils sont fourbus, malades, tristes, inquiets. Mais ils n'ont pas peur de Donald Trump. L'Amérique, ils la veulent. Et ils l'auront, « avec l'aide de Dieu ». Plusieurs milliers de migrants, partis à pied du Honduras le 13 octobre dernier pour se rendre aux États-Unis, viennent de passer quelques jours à Mexico. Ils envisagent de prendre la route ce matin ou samedi en direction de Tijuana.

LISEZ LE PREMIER REPORTAGE D'ÉMILIE DUBREUIL » »


« On y va! » : le cri de ralliement de la caravane de migrants

Des migrants marchent sous l'autoroute. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des migrants à Mexico

Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

10 novembre - Près de 2000 migrants ont quitté à l'aube la capitale du Mexique en scandant des cris de ralliement : « ¡Vámonos! » (On y va!), qu'ils répétaient pour s'encourager, tandis qu'ils laissaient derrière eux les femmes enceintes, les malades et ceux qui espèrent que, bientôt, l'ONU les aidera à se transporter.

LISEZ LE SECOND REPORTAGE D'ÉMILIE DUBREUIL » »


Les enfants silencieux de la caravane

Une jeune migrante du Honduras est agenouillée au sol et boit un jus. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La petite Charline dévore une collation offerte par des bénévoles

Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

13 novembre - La caravane de migrants qui a quitté le Honduras en direction de la frontière américaine il y a près d'un mois compte beaucoup d'enfants. Combien? Difficile à dire exactement, mais ils sont partout sur le chemin. Comme les adultes, ils marchent, ils ont faim, ils ont soif. Pourtant, on ne les entend jamais se plaindre.

LISEZ LE TROISIÈME REPORTAGE D'ÉMILIE DUBREUIL » »


Des migrants à un mur du rêve américain

 Une femme debout devant la clôture qui sépare le Mexique des États-Unis.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une femme debout devant la clôture qui sépare le Mexique des États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Frederic Lacelle

15 novembre - Des centaines de migrants de la caravane qui a quitté l'Amérique centrale il y a un mois avec l'objectif d'entrer aux États-Unis sont arrivés à la ville frontalière de Tijuana au Mexique. Plusieurs milliers d'autres devraient arriver incessamment. Les migrants se sont promis de s'attendre et de traverser tous ensemble, légalement.

LISEZ LE QUATRIÈME REPORTAGE D'ÉMILIE DUBREUIL » »


C'est pour fuir le désespoir que des milliers de migrants quittent le Honduras

Plan rapproché de deux femmes, au Honduras.  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carla Alvarado (en blanc) et sa compagne Julisa

Photo : Radio-Canada / Frédéric Tremblay

12 novembre - Depuis plus de 20 ans, 300 à 400 Honduriens quittent chaque jour leur pays. Ils font ça discrètement, la nuit. Ils prennent l'autocar jusqu'à la frontière du Guatemala et ils continuent à travers le Mexique pendant des semaines, des mois, par tous les moyens, jusqu'à la frontière des États-Unis. Le 12 octobre, tout a changé : pour la première fois, les migrants se sont regroupés en caravane, en pensant qu'ils auraient ainsi plus de protection contre les dangers de la route vers El Norte, le nord, la Terre promise.

LISEZ LE REPORTAGE DE JEAN-MICHEL LEPRINCE » »


McAllen, la ville texane qui ne craint pas les migrants

Une soeur sourit à une petite fillette. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des dizaines de milliers de migrants ont passé par la ville de McAllen. Cette nouvelle réalité ne semble pas inquiéter les résidents de cette ville texane.

Photo : Radio-Canada / Marcel Calfat

14 novembre - Dans cette ville américaine qui longe la frontière avec le Mexique, personne n'a peur de migrants qui arrivent à bout de souffle surtout du Honduras, du Guatemala et du Mexique. Les accueillir est devenu un mode de vie à McAllen.

LISEZ LE REPORTAGE DE CHRISTIAN LATREILLE » »

Amériques

International