•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Labeaume reproche aux médias de vouloir « casser » Catherine Dorion

Capture d’écran tirée de la vidéo publiée par Catherine Dorion sur Facebook. La députée porte un chandail rouge. On aperçoit, au bas de l’écran, la phrase «C’est quoi le problème avec le 3e lien?».
Dans une vidéo publiée sur Facebook, Catherine Dorion explique pourquoi elle s’oppose au projet du troisième lien. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Régis Labeaume encourage la députée solidaire Catherine Dorion à se « tenir debout » et à ne pas se laisser « casser par les médias » en adoptant la langue de bois.

Un texte de Louis Gagné

Le maire de Québec est revenu vendredi sur la polémique qu’a soulevée l’élue de Taschereau en comparant le projet du troisième lien à une « ligne de coke ».

Il n’a pas voulu commenter ses propos, mais a fait un plaidoyer en faveur des politiciens qui sortent du moule. Régis Labeaume a martelé que Catherine Dorion avait le droit d’être différente.

« Catherine Dorion, c'est quelqu'un qui est extra. Les gens l'ont élue puis la connaissaient. Alors moi, je vous dis juste : il peut-tu y en avoir une couple qui sont un petit peu différents? » a-t-il demandé.

Les médias vont réussir à la casser, Catherine. C'est ça qui va arriver. Comme les médias essaient de casser tous les politiciens du Québec.

Régis Labeaume, maire de Québec

« Tiens-toi debout puis assume »

Le maire a eu l’occasion de discuter avec Catherine Dorion jeudi après-midi, lors d’une rencontre des élus de la Communauté métropolitaine de Québec. Il en a profité pour lui prodiguer quelques conseils.

« Je lui ai dit hier : "Tiens-toi debout puis assume." Parce que là, si j'interviens là-dedans, ça va participer à la casser un peu plus, puis je n'ai pas le goût de faire ça », a-t-il raconté.

Régis Labeaume s’est défendu de critiquer le travail des médias, qui ne font que « leur job  », selon lui.

« Ce n'est pas un blâme, je dis juste que c'est la réalité. Alors moi, je dis à Catherine Dorion : elle a le droit d'être différente. C'est ça que je dis », a réitéré le maire.

Québec

Politique municipale