•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ACF condamne les compressions qui touchent les Franco-Ontariens

Dans un couloir d'école avec une rangée de casiers, une bannière promotionnelle de l'ACF avec un collage de photos de personnes souriantes, et un drapeau de la Saskatchewan.
L'Assemblée communautaire fransaskoise s'inquiète des décisions du premier ministre ontarien, Doug Ford. Photo: Radio-Canada / Zoé Clin
Radio-Canada

L'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) décrie la décision de Doug Ford d'abolir le projet de l'Université de l'Ontario français et du Commissariat aux services en français. Elle en appelle à la solidarité entre francophones du Canada pour préserver les avancées de la francophonie au pays.

Pour l’ACF, la décision de Doug Ford représente une « volte-face complète et inquiétante » par rapport aux politiques ontariennes précédentes en matière de francophonie. Dans un communiqué, l’organisme fransaskois explique que le gouvernement ontarien a souvent été un exemple dans ce domaine.

Pour l’ACF, l’annonce du premier ministre ontarien signifie que les francophones du Canada doivent rester vigilants pour « conserver leurs acquis et rejeter le populisme qui vise à polariser les discours sur la francophonie ».

Le président de l'ACF, Denis Simard, rappelle les épreuves surmontées par les Franco-Ontariens pour conserver leur langue, comme leur combat contre le Règlement 17. Ce règlement appliqué durant 15 ans aux débuts des années 1900 interdisait l'enseignement du français après les deux premières années du primaire, faisant de l'anglais la langue principale enseignée dans les écoles en Ontario, même celles qui sont fréquentées en majorité par des Franco-Ontariens. Il cite aussi leur bataille pour conserver l’Hôpital Monfort, qui est le seul hôpital universitaire francophone de l’Ontario.

Il est important d'être solidaires en ces temps où les gains faits par la francophonie canadienne sont remis en question.

Denis Simard, président de l’Assemblée communautaire fransaskoise

M. Simard mentionne également la situation au Nouveau-Brunswick, où des députés qui prônent le recul des droits acadiens ont été élus. Il critique aussi les propos répétés de Denise Bombardier au sujet de la francophonie au Canada. À la fin du mois d'octobre, elle affirmait notamment qu’à travers le Canada « toutes les communautés francophones ont à peu près disparu ».

Saskatchewan

Francophonie