•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Témoignages de sympathie après la mort subite du chef de Wolf Lake, Harry St-Denis

Un chef autochtone accorde une entrevue à la caméra.
Harry St-Denis était chef de la communauté de Wolf Lake depuis 1986. Photo: Radio-Canada / CBC
Radio-Canada

Le chef de la Première Nation de Wolf Lake, au Témiscamingue, Harry St-Denis, est mort jeudi d'un malaise cardiaque.

Un texte de Lise Millette

M. St-Denis dirigeait la communauté depuis plus de 30 ans.

Le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, a souligné l'engagement de Harry St-Denis auprès de la nation algonquine et à titre de défenseur des Premières Nations partout au pays.

La députée du Nouveau Parti démocratique Christine Moore a offert ses condoléances à la communauté.

C'était un homme qui était très attaché à sa communauté. C'est un décès subit et une nouvelle assez triste et inattendue. Un monsieur charmant, agréable, engagé pour le peuple algonquin. Je voudrais offrir mes sincères condoléances à sa famille, ses amis et à toute sa communauté, a-t-elle témoigné.

Des élections à venir

Pour sa part, la députée de Québec solidaire dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, a été étonnée par cette mort subite.

J'ai appris la nouvelle avec grande tristesse. J'avais rencontré M. St-Denis en campagne électorale, on avait eu de beaux échanges et j'avais hâte de collaborer avec lui sur les projets sur lesquels nous avons échangé. C'est une nouvelle bouleversante et nos pensées sont avec les gens de la communauté de Wolf Lake, dit la députée.

Harry St-Denis était chef de la communauté de Wolf Lake depuis 1986. Des élections sont en cours à Wolf Lake en vue d'un scrutin le 30 novembre prochain. M. St-Denis faisait partie des candidats.

Abitibi–Témiscamingue

Société