•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La « construction identitaire » des jeunes au camp Moose Lake est un succès, dit la DSFM

Les batiments d'un camp de vacance au milieu des bois.

Le camp Moose Lake accueille une cinquantaine de jeunes de la DSFM par camp.

Photo : DSFM

Radio-Canada

Il y a un an, la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) achetait le camp Moose Lake, dans le sud-est de la province, un espace où les jeunes viennent renforcer leur sentiment d'appartenance à la communauté francophone.

La DSFM tient régulièrement, depuis déjà 10 ans, des camps dits de « construction identitaire », explique Isabelle Raymond, agente en appui à la programmation à la division. « Mais acheter le camp Moose Lake nous permet maintenant d’avoir tous les camps à la même place. »

« On considère Moose Lake comme une autre des écoles de la DSFM », affirme Mme Raymond.

L’objectif de ces camps est de renforcer le lien entre les jeunes et leur classe, l’école, et la francophonie, à travers des activités « autant culturelles qu'artistiques et créatives, et à l’extérieur aussi : on est dans un super bel espace à Moose Lake, donc hiver comme été on profite de tous les espaces. »

La DSFM divise les séjours en deux catégories d'âge : les jeunes du secondaire et les jeunes de la 5e à la 8e année. « Et ce qui est super intéressant, note Isabelle Raymond, c’est que les jeunes du secondaire viennent comme animateurs pour les plus jeunes, donc c’est vraiment des modèles. »

Elle ajoute que ces projets favorisent les rencontres entre des enfants de milieux différents, rural et urbain : « Par exemple, pour un camp avec des jeunes de 7e année, on a deux classes qui vont venir ensemble de deux écoles différentes. Ça permet aux jeunes de se dire : je ne suis pas tout seul dans mon école à parler français, je me fais des amis aussi. Il y a des amitiés qui se créent au fil des camps. »

Les jeunes ne s'en rendent même pas compte, mais ils ont du fun et ils parlent français.

Isabelle Raymond, agente en appui à la programmation à la DSFM

Isabelle Raymond indique que la DSFM a organisé près de 35 camps cette année, et reçoit environ 50 jeunes par camp.

Avec des informations de Denis-Michel Thibeault

Manitoba

Éducation