•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

24 heures après l'annonce de compressions, toujours pas de commentaires de Caroline Mulroney

Philippe Leblanc fait le point.
Radio-Canada

Alors que le gouvernement de Doug Ford annonçait des coupes en francophonie qualifiées d'« épouvantables » par les critiques, la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, brillait par son absence à l'Assemblée législative, jeudi. Elle n'a toujours pas commenté les compressions de son gouvernement.

Un texte d'Eve Caron

Le bureau de la ministre a confirmé à Radio-Canada vendredi en mi-journée que Mme Mulroney se trouvait à Saint-Jean, Terre-Neuve-et-Labrador, où elle participait cette semaine à la réunion des ministres responsables de la justice.

Jeudi, alors que le gouvernement annonçait des compressions touchant la francophonie en Ontario, une porte-parole avait déclaré à Radio-Canada que la ministre déléguée aux Affaires francophones ne serait pas disponible « cette semaine ».

Sur ses comptes Twitter, Facebook et Instagram, Mme Mulroney écrivait jeudi en français : J'ai apprécié discuter avec mes collègues et d’autres élus de la région autour d’un déjeuner ce matin à l'Hôpital Royal Victoria.

Or, le Centre régional de santé Royal Victoria a confirmé à Radio-Canada que l’événement avait eu lieu le vendredi 9 novembre, soit six jours plus tôt.

Après que Radio-Canada lui eut signalé cette incohérence, le bureau de la ministre a affirmé par courriel qu'il s'agissait « d'une erreur » et l'a corrigée sur Facebook et Instagram en effaçant la mention « ce matin » de la légende.

Seules les légendes des publications en français sur les comptes de Caroline Mulroney faisaient référence à un événement ayant eu lieu « ce matin », soit jeudi. Celles en anglais ne donnent pas de précision quant à la date de l’événement.

De son côté, la libérale Marie-France Lalonde, ancienne ministre des Affaires francophones, qualifie les coupes annoncées jeudi par les conservateurs d'affront pour les Franco-Ontariens, tout en décochant une flèche à l'endroit de sa successeure.

Est-ce qu'elle est capable vraiment de défendre la communauté franco-ontarienne auprès du bureau de M. Ford? demande-t-elle.

C'est vraiment inacceptable qu'elle se cache.

Marie-France Lalonde, députée libérale et ex-ministre des Affaires francophones

Le stratège conservateur ontarien Paul Demers ajoute ceci : Mme Mulroney a des comptes à rendre, des explications à donner.

Pour sa part, l'adjointe parlementaire de la ministre Mulroney et députée conservatrice de Glengarry-Prescott-Russell, Amanda Simard, tente d'apaiser la colère des francophones sur Facebook.

Une amie des francophones?

Après sa nomination au Cabinet en août dernier, Mme Mulroney avait déclaré ceci au journal Le Droit d'Ottawa : Je suis une amie des Franco-Ontariens. Je suis d’origine québécoise et mon père est Québécois. Et, comme vous le savez, nous sommes déménagés à Ottawa quand j’étais jeune. J’ai grandi à Ottawa, une grande ville où l’on compte beaucoup de francophones. J’ai beaucoup d’amis franco-ontariens et franco-ontariennes. Donc je suis certainement une grande amie des francophones de l’Ontario et je pense que c’est pour cette raison que je peux bien servir la communauté franco-ontarienne et travailler de façon étroite avec elle.

Encore une fois, les francophones doivent monter aux barricades, déplore une autre ancienne ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur.

L'ex-députée libérale compare la situation à la bataille contre la fermeture de l'Hôpital Montfort, à Ottawa, dans les années 1990, sous l'ancien gouvernement conservateur de Mike Harris.

Michèle Brideau rend compte des inquiétudes des francophones du Nouveau-Brunswick.

Avec les informations de Michel Bolduc et Claudine Brulé

Politique provinciale

Politique