•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stérilisation forcée de femmes autochtones : Perry Bellegarde demande une enquête

Chef autochtone.

Perry Bellegarde est déterminé à ce que justice soit rendue pour les victimes.

Photo : The Canadian Press / DARRYL DYCK

Radio-Canada

Le chef national de l'Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, demande qu'une enquête soit ouverte immédiatement sur la stérilisation forcée de femmes autochtones afin de recueillir les statistiques appropriées.

Il affirme qu’il s’agit d’« une violation flagrante des droits de la personne » et que cela doit cesser tout de suite.

« C’est injuste, c’est immoral et c’est déshumanisant », plaide le chef Bellegarde, qui estime qu’un examen de conscience quant à cette problématique doit se faire dans l’ensemble du Canada, même si la sénatrice Yvonne Boyer a affirmé plus tôt cette semaine que cette pratique était toujours en cours en Saskatchewan, en Ontario, en Alberta, au Manitoba et dans les trois territoires.

« Ce n’est pas seulement le gouvernement fédéral qu’il faut accuser. Il faut pointer du doigt les gouvernements provinciaux et les conseils régionaux de la santé, parce que c’est là que les fonds sont alloués », déclare le chef national.

Perry Bellegarde rappelle que l’APN bénéficie d’une résolution nationale qui stipule que justice doit être rendue et que les femmes victimes de stérilisation forcée doivent être indemnisées.

Saskatchewan

Autochtones