•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault convaincu de vendre de l’électricité au Massachusetts

Le premier ministre François Legault a fait un voyage à Boston en compagnie du ministre québécois de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien.
Le premier ministre François Legault a fait un voyage à Boston en compagnie du ministre québécois de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien. Photo: Radio-Canada

Le premier ministre du Québec considère que le projet d'Hydro-Québec d'acheminer de l'électricité au Massachusetts a de bonnes chances de devenir réalité.

Un texte de Yannick Donahue

« Je pense qu'[on a] au moins 60 %, 70 % de chances que ça se réalise », a déclaré François Legault, jeudi, lors d’une conférence de presse à Boston, où il a fait le point sur son voyage en Nouvelle-Angleterre.

Au cours de sa visite en sol américain, le premier ministre a notamment rencontré le gouverneur du Massachusetts, Charlie Baker. Il a indiqué avoir eu de bonnes discussions avec lui.

« On le sait, ici, dans les États de la Nouvelle-Angleterre, on paie très cher l’électricité. Les individus paient environ 22 cents du kilowatt, alors qu’au Québec, on paie 6 cents », a-t-il souligné.

L’entente de principe conclue entre Hydro-Québec et le Massachusetts représente des bénéfices de 500 millions par année sur 20 ans pour la société d’État, soit 10 milliards de dollars au total.

On peut dire que la grande majorité de cet argent, c’est du profit net pour Hydro-Québec, donc pour le gouvernement du Québec. Donc, c’est très, très, très important.

François Legault

M. Legault s’est affairé à promouvoir le projet de ligne électrique qui passerait par le Maine pour alimenter le Massachusetts. Il a dit vouloir s’assurer que le contrat conclu entre Hydro-Québec et le Massachusetts permettra au projet de voir le jour. « Il faut s’assurer que la ligne pour transporter cette électricité soit faite, qu’elle soit acceptée, a-t-il dit. Le projet qui est privilégié en ce moment, c’est au Maine. »

Le gouverneur de l'État du Massachusetts, le républicain Charlie Baker, célèbre sa victoire électorale le 6 novembre dernier, à Boston. Le gouverneur de l'État du Massachusetts, le républicain Charlie Baker, célèbre sa victoire électorale le 6 novembre dernier, à Boston. Photo : Associated Press / Winslow Townson

Des alternatives

François Legault avait au préalable rencontré le gouverneur du Vermont, le républicain Phil Scott, mardi, à Montréal. Les deux hommes ont discuté de la question de l’énergie, et M. Scott s'est montré ouvert à l’idée de soutenir l'hydroélectricité québécoise, a indiqué le premier ministre.

« Pour moi, ce n’est pas mauvais qu’on discute avec tout le monde, parce que c’est une première ligne. Moi, je veux avoir une deuxième, une troisième ligne. Je veux être capable d’augmenter les exportations », a-t-il déclaré.

Il peut y avoir une ligne qui passe par le New Hampshire, une autre qui passe par le Maine et peut-être une autre par le Vermont. Je ne suis pas fermé à l’idée qu’il y en ait plusieurs.

François Legault

M. Legault n'a pas exclu de rencontrer les gouverneurs du Maine et du New Hampshire dans les semaines à venir.

« On a des discussions et on va continuer à avoir des discussions avec le Maine. Et ça regarde bien, avec le Maine. Il faut comprendre que la gouverneure du Maine vient d’être élue. Elle va être assermentée au mois de janvier. Il faut quand même lui laisser le temps d’arriver », a-t-il affirmé.

Un engagement électoral

En campagne électorale, le chef caquiste avait déclaré que « c’est le gouvernement de la CAQ qui va en faire plus pour l’environnement, parce que c’est nous qui allons exporter le plus d’hydroélectricité ».

Il avait alors indiqué que les Québécois pouvaient se préparer à la construction de nouveaux barrages hydroélectriques sous un gouvernement caquiste.

« Si on arrive à signer d’autres contrats d’exportation aux États-Unis, en Ontario, au Nouveau-Brunswick, moi je pense, et j’espère qu’on va être capables d’aller chercher des ventes additionnelles qui vont nécessiter plus de production », avait-il dit, au début du mois de septembre.

« La plus grande contribution que le Québec pourrait faire pour sauver notre planète, ce serait d’exporter beaucoup plus d’hydroélectricité pour remplacer des centrales au charbon, des centrales au gaz, des centrales nucléaires », avait-il ajouté, tout en promettant d’intervenir lui-même dans ce dossier.

Le contrat avec le Massachusetts

C'est au Massachusetts qu'Hydro-Québec a réalisé un grand coup, l'an dernier, en décrochant un contrat d'approvisionnement pour acheminer annuellement 9,45 térawattheures (TWh) vers cet État de la Nouvelle-Angleterre pendant 20 ans dans le cadre d'une entente dont les revenus sont estimés à 10 milliards de dollars.

M. Legault affirmait hier : « Il y a eu une entente de principe importante, mais elle n'est pas encore ratifiée. Je veux m'assurer avec M. Baker [Charlie Baker, gouverneur du Massachusetts] que le message est clair, que nous voulons continuer d'y travailler. »

La tâche s'est révélée plus compliquée que prévu pour Hydro-Québec, qui misait sur le projet Northern Pass, dont le gouverneur du Massachusetts est un partisan, pour exporter son hydroélectricité. Cette ligne de transport a été bloquée par le New Hampshire, qui refuse d'octroyer une autorisation essentielle.

Depuis, l'État américain s'est tourné vers une option de rechange, le New England Clean Energy Connect, qui sera réalisée par Hydro-Québec et son partenaire américain Central Maine Power, et dont le tracé empruntera le Maine. Si la mise en œuvre de ce projet est prévue pour 2022, la ligne de transport n'a pas encore franchi l'ensemble des étapes du processus réglementaire visant à obtenir toutes les approbations nécessaires.

Le premier ministre a également rappelé qu'un autre projet, le New England Clean Power Link, permettrait d'acheminer de l'énergie en Nouvelle-Angleterre par l'intermédiaire du Vermont.

— La Presse canadienne

Politique provinciale

Politique