•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse veut vérifier les antécédents judiciaires des enseignants périodiquement

Le ministre de l'Éducation Zach Churchill en conférence de presse.
Le ministre de l'Éducation de la Nouvelle-Écosse, Zach Churchill. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Des allégations d'agression contre deux enseignants de la région d'Halifax ont poussé le ministère de l'Éducation provincial à envisager de modifier la politique en matière de vérification de casier judiciaire.

Le ministre de l'Éducation, Zach Churchill, a déclaré jeudi que les enseignants devraient être soumis à des vérifications de leur casier judiciaire tout au long de leur carrière, et non une seule fois lorsqu'ils sont engagés.

Je pense qu'il est évident que nous devons améliorer ces politiques et ce processus afin de nous assurer que nos enfants sont protégés, a-t-il déclaré jeudi, lors d'un entretien téléphonique.

Le ministre de l’Éducation voudrait voir des vérifications multiples et plus fréquentes du casier judiciaire et des déclarations obligatoires, avec des conséquences plus lourdes pour ceux qui ne le font pas.

Zach Churchill a déclaré que son ministère discutait avec le Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse des modifications, mais il estime qu'il ne s'agit pas d'une question de négociation collective.

Politique d'autodéclaration

Le Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse n'est pas convaincu de la nécessité de procéder à des vérifications périodiques du casier judiciaire. La politique actuelle oblige déjà les enseignants confrontés à des enquêtes criminelles à signaler ces incidents à leurs supérieurs.

Nous n'avons jamais reçu une indication selon laquelle un membre aurait omis de signaler son implication dans une procédure pénale à son employeur respectif, a déclaré à CBC News Paul Wozney, président du Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse.

Il s'agit en fait d'un problème contractuel, car il traite des conditions d'emploi d'un enseignant et fait l'objet de négociations collectives, a ajouté M. Wozney.

Altercations avec les étudiants

La question est au centre des préoccupations en raison de deux confrontations récentes entre enseignants et étudiants.

La GRC a inculpé Paul O'Toole, enseignant à la Musquodoboit Rural High School, d'avoir agressé un élève de 17 ans après une altercation à l'école, le 18 septembre.

Derek Stephenson, enseignant à l’École secondaire Cole Harbour District, est quant à lui accusé d'avoir poussé un élève contre un mur et de l'avoir jeté à terre le mois dernier, une altercation qui avait été en partie filmée par un autre élève. La vidéo a ensuite circulé sur Snapchat.

Derek Stephenson en 2012.L'enseignant Derek Stephenson avait été photographié par CBC en 2012 pour un reportage sur une performance musicale à l'école de Cole Harbour. Photo : Archives CBC

Derek Stephenson a déjà connu des démêlés avec la justice par le passé. En 2010, une femme a notamment obtenu une ordonnance de protection d'urgence contre lui.

En 2013, il a plaidé coupable d'avoir agressé son ancienne épouse et, l'année dernière, il a plaidé coupable à des accusations de méfaits et de menaces pour un incident impliquant sa petite amie de l'époque.

Une enquête interne est en cours pour déterminer si des personnes de l'école ou du ministère de l'Éducation étaient au courant de son passé et, dans l'affirmative, si des mesures ont été prises.

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers