•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pluie de critiques s'abat sur le gouvernement Ford

Un homme
Le premier ministre Doug Ford à Queen's Park. Photo: La Presse canadienne / Nathan Denette
Radio-Canada

« Épouvantable » et « aberrant » : la francophonie canadienne est choquée par les compressions annoncées en Ontario par le gouvernement de Doug Ford.

Un texte de Myriam Eddahia

Partout au pays, des membres des communautés francophones ont exprimé leur déception par rapport à la fin du projet de création de l'Université de l'Ontario français et de l'élimination du Commissariat aux services en français, annoncées dans l'énoncé économique du gouvernement ontarien.

Le premier ministre François Legault a fait un voyage à Boston en compagnie du ministre québécois de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien. Le premier ministre François Legault a commenté les compressions du gouvernement Ford lors de son voyage à Boston en compagnie du ministre québécois de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien. Photo : Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, François Legault, affirme qu'il abordera la question lors de sa rencontre avec son homologue ontarien prévue lundi : « Ce sont des sujets dont je vais discuter avec M. Ford. Parce qu’évidemment je souhaite qu’on protège le français en Ontario autant que possible. »

Encore une fois, les conservateurs démontrent leur manque de respect face aux 600 000 Franco-Ontariens et aux millions de francophones au pays, ainsi que leur incapacité de protéger le fait français chez nous. [...] Il s’agit d’une décision inacceptable, dit la ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly.

Le premier ministre et son gouvernement ne comprennent pas l’importance des services pour la population franco-ontarienne. [C'est] un pas en arrière, selon l'ancien premier ministre Bob Rae.

Une décision « idéologique »

En entrevue à l’émission 24/60, le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), Jean Johnson, s’est dit estomaqué qu’en 2018 […] on fasse un pas en arrière aussi agressif.

Je pense que M. Ford n’a pas compris la part que la francophonie ontarienne apporte à sa province.

Jean Johnson, président, Fédération des communautés francophones et acadienne
Le président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, Jean JohnsonLe président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, Jean Johnson Photo : Radio-Canada

Pour nous, c’est une régression inacceptable, a ajouté M. Johnson, précisant qu’en abolissant le poste de commissaire, il [le gouvernement Ford] ne fait aucune économie, sauf pour le salaire de la personne, parce que tous les employés sont transférés [à l’ombudsman].

On ne veut pas être des citoyens de seconde classe, a insisté le président de la FCFA, qui qualifie la décision du gouvernement Ford de politique et idéologique.

M. Johnson rappelle que cela fait 40 ans qu’on travaille sur le projet de l’université francophone. Il y a des gens qui sont profondément blessés par cette décision-là.

« Recul effroyable »

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin, est sous le choc.

Au mois de septembre, il avait rencontré la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, pour discuter de divers enjeux francophones.

C'est un jeudi noir pour la francophonie. [...] On a reculé de façon effroyable.

Carol Jolin, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO)

M. Jolin pensait que le gouvernement de Doug Ford était à l'écoute des besoins de la communauté franco-ontarienne. M. Ford avait notamment déclaré son appui envers le projet de l'Université de l'Ontario français en campagne électorale et avait renouvelé son appui après l'élection de juin.

Droits bafoués

L'avocat spécialisé en droits linguistiques Ronald Caza, qui avait mené avec succès la bataille judiciaire pour sauver l'Hôpital Montfort d'Ottawa, estime que les droits des francophones ont été bafoués par le gouvernement de Doug Ford.

Un homme en entrevue devant un tableau « S.O.S. Monfort ».Me Ronald Caza croit que les Franco-Ontariens doivent défendre leurs droits face à la décision du gouvernement Ford d'abolir l'Université de l'Ontario français et le Commissariat aux services en français. Photo : Radio-Canada

La Cour suprême est claire : sauver de l’argent n’est pas un motif valide ou valable pour justifier de mettre fin à des institutions.

Me Ronald Caza, avocat spécialisé en droits linguistiques

Dans le dossier Montfort, la décision était : un gouvernement ne peut pas prendre de décisions dont l’impact est d’envoyer un message à la communauté franco-ontarienne, ou à toute minorité linguistique, que ça ne vaut pas la peine de faire des efforts pour préserver sa langue et sa culture, a-t-il jugé. Et c’est le message qu’il a envoyé à tous les Franco-Ontariens aujourd’hui.

Me Caza croit que des démarches doivent être rapidement entreprises pour ne pas perdre les deux institutions. La présidente du conseil d'administration de l'Université de l'Ontario français, Dyane Adam, lui a d'ailleurs déjà demandé un avis juridique.

Déception du commissaire Boileau

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, est attristé par l'annulation du projet d'une université en français en Ontario et par l'élimination de son commissariat.

Je pensais avoir atteint l’indépendance d’un poste devant l’Assemblée législative. J’aurais aimé qu’il y ait un débat à l’Assemblée législative sur cette question. Donc de voir une annonce dans un énoncé économique, c’est un peu décevant [de la manière dont cela a été fait], dit M. Boileau.

J’ai pleine confiance en Paul Dubé et son équipe. Paul Dubé est un excellent ombudsman. Il fera un super-travail, mais il a beaucoup de travail à faire.

François Boileau, commissaire aux services en français de l'Ontario

Paul Dubé va avoir tout ça à faire, alors c’est un gros chapeau, c’est beaucoup de responsabilités sur les épaules d’un seul bureau. Ce que j’entends, c’est qu’il n’y aurait pas de suppression de postes, à part peut-être le mien. Donc pour moi, c’est ma priorité, c’est ma bataille pour les prochains mois, c’est de m’assurer que le personnel qui est extraordinairement dévoué et compétent soit transféré au bureau de l’ombudsman, ajoute-t-il.

Le Commissariat aux services en français :

  • 14 employés, dont le commissaire aux services en français;
  • budget annuel : environ 2,9 millions de dollars.

Incompréhension

L'ancienne ministre des Affaires francophones de l'Ontario, Marie-France Lalonde, a également réagi sur les réseaux sociaux.

Pour sa part, le député néo-démocrate Gilles Bisson s'attendait à ce que le gouvernement de Doug Ford prenne des décisions dites « drastiques ».

On est surpris jusqu'à un certain point, dit le député néo-démocrate, Gilles Bisson.

M. Bisson dénonce Doug Ford en affirmant que le premier ministre ne comprend pas ce qu'est l'Ontario d'aujourd'hui.

C'est très problématique pour notre communauté. Il s'en fout des francophones. Il ne reflète pas l'Ontario d'aujourd'hui. C'est un gouvernement antifrancophone.

Gilles Bisson, député néo-démocrate

La ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario, Caroline Mulroney, a refusé les demandes d'entrevues. Son bureau a laissé savoir qu'elle « n'est pas disponible cette semaine ».

Francophonie

Politique