•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des loups aperçus près du noyau urbain de Sept-Îles

Un loup.
La prudence est de mise avec les loups. Photo: Radio-Canada / archives
Radio-Canada

Des agents de la Faune ont signalé la présence de loups près du noyau urbain de Sept-Îles dans les derniers jours.

Un citoyen a aperçu trois loups tout près du parc Holliday. Deux autres ont été vus un peu plus à l'ouest, près du parc Ferland.

Les bêtes auraient été attirées par des carcasses d'orignaux issues de la chasse qui n'auraient pas été disposées dans les centres de tri prévus à cet effet.

Une carcasse dont la viande avait toute été mangée par les loups a été trouvée, note le directeur général de Sept-Îles, Patrick Gwilliam.

Patrick Gwilliam accorde une entrevue à Radio-Canada à l'hôtel de ville.Le directeur général de la ville de Sept-Îles, Patrick Gwilliam. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Patrick Gwilliam déplore ce comportement qui contrevient au règlement. Notre écocentre accepte maintenant les carcasses de bêtes comme ça, d'orignaux ou de chevreuils, rappelle-t-il.

Des collets ont été installés par des trappeurs. Deux loups ont été piégés jusqu’à présent.

Selon le président de l’Association des trappeurs de Sept-Rivières, Luc Deschênes, au moins deux autres loups pourraient toujours être dans le secteur.

Les deux qui ont été pris c'est en arrière du "lac rouge" [il s'agit d'un ancien bassin de décantation situé entre le parc holliday et l'aéroport], à environ un kilomètre, précise Luc Deschênes. C'est pas mal une bonne distance parce que trop près, ça pourrait être dangereux pour attraper des chiens, mais à cette distance-là, on ne pense pas que les gens se rendent-là.

Luc Deschênes accorde une entrevue à Radio-Canada dans un boisé près du noyau urbain. Luc Deschênes, président de l'Association des trappeurs de Sept-Rivières. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Les agents de la faune se font rassurants, la présence de loups n'est pas inhabituelle dans le secteur et leur comportement ne suscite pas d'inquiétude pour le moment.

On dit aux citoyens de ne pas s'alarmer, indique l'agent David Boulianne. Ce cas n'est pas dangereux, il n'y a pas eu de signes d'agressivité des loups. Ils sont nerveux en présence d'humains et ils ont repris le bois. C'est un comportement désirable des loups. On veut inviter la population à ne pas trop s'inquiéter là-dessus.

David Boulianne accorde une entrevue à Radio-Canada.L'agent de la faune David Boulianne. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Ça suscite toujours des inquiétudes, mais il faut aussi se rappeler que la municipalité de Sept-Îles elle est incluse dans un territoire forestier qui est très large, rappelle Patrick Gwilliam. Ce n'est pas anormal pour un loup de faire beaucoup de kilométrage, ce n'est pas la première fois que ça arrive à Sept-Îles.

Les agents de la Faune et la Municipalité rappellent aux citoyens d'être prudents, de ne pas s'approcher des loups et de garder les animaux domestiques à l'intérieur ou en laisse.

D’après le reportage de Laurence Royer

Côte-Nord

Animaux