•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres morts s'ajoutent au bilan des feux de forêt en Californie

En pleine nuit, un feu de forêt brûle une maison devant laquelle se trouve un camion de pompiers.
Les pompiers continuent de combattre les flammes en Californie Photo: Getty Images / David McNew
Radio-Canada

Malgré des avancées encourageantes des pompiers qui combattent les feux de forêt en Californie, le bilan des morts est passé à 63, jeudi. Ce nombre pourrait encore grimper, puisque plus de 600 personnes manquent toujours à l'appel.

Les autorités en sont à identifier les cadavres brûlés grâce à des échantillons d’ADN. « Tous ceux qui pensent qu'un membre de leur famille a péri peuvent venir nous fournir un échantillon d'ADN », a indiqué le shérif du comté de Butte, Kory Honea.

C’est dans ce comté que se trouve Paradise, ville touchée par le feu le plus meurtrier de l’histoire de la Californie, baptisé Camp Fire. Il aurait causé la mort de 63 personnes, dont 47 ont été identifiées.

Dans cette communauté appréciée des retraités, les recherches sont menées par un effectif de plus de 450 secouristes et de 22 chiens. Certains craignent que, dans l’empressement, des personnes âgées aient été oubliées et laissées à leur sort funeste.

Notre mission est de trouver les victimes de cet incendie, les récupérer et les identifier pour informer leurs proches et leur donner des réponses.

Un officiel du comté de Butte

Près de 10 000 pompiers travaillent actuellement un peu partout en Californie pour réduire l’ampleur et la progression de Camp Fire et du Woolsey Fire, qui fait des ravages à des centaines de kilomètres au sud, dans la région de Malibu.

La météo, plus fraîche et plus humide jeudi qu'au cours des derniers jours, a donné un coup de main aux équipes de secours. Camp Fire est désormais contenu à 40 % et Woolsey Fire, à 57 %. Dans les deux cas, il s'agit d'une progression de 5 % par rapport à mercredi.

Communautés dévastées

Le gouverneur de la Californie, Jerry Brown, entouré de victimes, de pompiers et de forces de l'ordre, visite la ville de Paradise après le passage de l'incendie Camp Fire.Le gouverneur de la Californie, Jerry Brown (à gauche), visite Paradise Photo : Getty Images / Justin Sullivan

« Nous sommes au milieu d’une catastrophe », n’a pu que constater Jerry Brown, gouverneur de la Californie, jeudi. Plus de 50 000 Californiens ont été évacués dans la dernière semaine.

« Si cette municipalité se relève, ce sera dans beaucoup, beaucoup d’années », a ajouté pour sa part un résident de Magalia, juste au nord de Paradise.

À Paradise, 8700 maisons ont été détruites, et plus de 15 000 bâtiments sont encore menacés, selon le département responsable de la maitrise des incendies de la Californie (Cal Fire).

Ceux qui ont survécu, mais qui ont perdu leur maison, doivent pour l’instant vivre dans des camps de fortune, comme celui installé dans le stationnement d’une épicerie de Chico, à 20 km à l’ouest de Paradise. On y distribue de l’eau, de la nourriture et des articles d’hygiène.

Plusieurs centres d'hébergement d'urgence sont remplis et la promiscuité provoque des problèmes sanitaires, selon les autorités locales citées par le quotidien Sacramento Bee. Un virus aurait notamment affecté 15 à 20 évacués.

La Maison-Blanche a d'ailleurs annoncé jeudi que le président Trump, qui a critiqué samedi la façon dont la Californie gère ses forêts, se rendra sur place ce week-end.

Une vue aérienne d'une rue de Paradise, en Californie. Des dizaines de bâtiments ont été détruits par les flammes. Des milliers de bâtiments ont été détruits par les flammes à Paradise Photo : Getty Images / Justin Sullivan

Un fournisseur d’électricité dans la tourmente

L’origine des feux Camp et Woolsey n’a pas encore été confirmée, mais dans le cas du premier, plusieurs victimes ont porté plainte contre le fournisseur local d’électricité, Pacific Gas & Electric (PG&E). Ils affirment avoir vu des étincelles s’échapper d’une ligne à haute tension, ce qui aurait déclenché le brasier.

La valeur de l’action de PG&E a baissé de telle façon depuis la naissace de Camp Fire que la valeur boursière de l'entreprise a fondu de 16 milliards  de dollars américains.

L’entreprise a admis cette semaine qu’elle devra débourser de l’argent au-delà de ce que couvrent ses assureurs si elle était effectivement tenue responsable du Camp Fire.

Avec les informations de Reuters, La Presse canadienne, et Agence France-Presse

Amériques

International