•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le congédiement de Chantale Cyr est maintenu

Entrevue en studio avec la directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr.

L'ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'ex-directrice de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr, subit un premier revers juridique. Sa demande d'annuler son congédiement a été rejetée par un comité d'appel.

Aux audiences de septembre dernier, l'avocat de Chantale Cyr, Éric Lebel, demandait l'annulation du congédiement de sa cliente parce qu'elle était en congé de maladie et incapable de se présenter aux audiences fixées par la Commission scolaire.

Elle n'aurait donc pas pu se défendre et faire valoir ses droits avant d'être congédiée par les commissaires le 13 mars dernier. Éric Lebel invoquait également un vice de procédure de la part de la Commission scolaire.

Dans son jugement de 24 pages rendu le 12 novembre, le président du comité d'appel, Denis Tremblay rejette ces arguments.

Le juge n'a pas été convaincu de l'incapacité de Mme Cyr à se présenter aux nombreux rendez-vous fixés.

« Le droit à la tenue d'une telle rencontre est fondamental, mais ne peut entraîner un blocage complet pour un délai indéterminé du processus qui accorderait à la personne congédiée un pouvoir énorme sur sa bonne marche », ajoute-t-il.

Une saga loin d’être terminée

La cause sur le fond sera entendue par le comité d'appel entre mars et juillet 2019 et les parties comptent faire entendre plusieurs dizaines de témoins.

Rappelons que Chantale Cyr a aussi exercé un recours devant la CNESST pour cause de harcèlement psychologique de la part de la présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz S. Gagné.

Elle poursuit également cette dernière en dommages et intérêts de même que 13 membres du conseil des commissaires pour 350 000 $.

Saguenay–Lac-St-Jean

Justice et faits divers