•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des milliers de pygargues à tête blanche dans la vallée du Fraser

Les aigles affluent vers la vallée du Fraser
Radio-Canada

Le 23e Festival des pygargues à tête blanche de la vallée du Fraser, en Colombie-Britannique, a lieu cette fin de semaine, pour observer ce qui est décrit comme le plus grand rassemblement de pygargues à tête blanche du monde.

Des milliers de ces rapaces passent l'hiver dans la région et visitent la rivière Harrison, une des plus importantes rivières à saumon au pays.

Des dizaines de pygargues à tête blanche sur les berges de la rivière HarrisonLe festival des aigles de la vallée du Fraser permet aux amateurs d’observer les pygargues à tête blanche de près. Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Le biologiste David Hancock explique que, chaque année, des dizaines de milliers de pygargues à tête blanche viennent se nourrir des carcasses de saumon, puisque toutes les espèces de saumon du Pacifique meurent après la fraie.

« [Les aigles] arrivent par milliers. Bientôt, il y aura 35 000 de ces aigles dans la vallée », précise M. Hancock.

Des pygargues en train de manger des saumonsDe nombreuses espèces de saumon du Pacifique passent par la rivière Harrison, ce qui veut dire un nombre très élevé de carcasses après la fraie. Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

« La durée de leur passage dépend par contre de la pluie, qui fait gonfler la rivière et emporte les carcasses de saumons », explique le biologiste.

Des pygargues à tête blanche perchés près de l'eau, sur la rivière HarrisonLe saumon et la truite composent l’essentiel de l’alimentation des pygargues à tête blanche. Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Traquer la migration des rapaces

La fondation de David Hancock, Hancock Wildlife, a lancé en février dernier un projet pour traquer cinq pygargues à tête blanche.

Un pygargue à tête blanche, en volLes pygargues à tête blanche migrent chaque automne vers les côtes ou les régions plus au sud, selon les sources de nourriture. Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Ils installent sur eux un détecteur, qui coûte 5000 $, pour étudier leurs déplacements et leurs habitudes de migration.

Cette année, David Hancock espère pouvoir installer un traqueur sur 12 autres aigles.

Colombie-Britannique et Yukon

Faune et flore