•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de gazoduc de 750 km entre le Nord de l’Ontario et le Saguenay

Gaz naturel liquéfié
Une longue conduite souterraine de gaz naturel pourrait relier l’Ontario au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Photo: La Presse canadienne
Radio-Canada

Gazoduq, une nouvelle entreprise fondée par GNL Québec, a annoncé jeudi un projet d'une longue conduite souterraine de gaz naturel reliant l'Ontario au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le projet de gazoduc est évalué à 4,5 milliards de dollars.

Le corridor de 750 kilomètres proposé par Gazoduc débute en Ontario, à l’ouest de Rouyn-Noranda, puis passe par le sud du lac Saint-Jean pour finalement se rendre à Saguenay dans le secteur de La Baie.

Il vise à alimenter le port de Grande-Anse.

Une carte qui présente un large corridor où pourrait passer un gazoduc de 750 kilomètres de longueur.Le tracé final n'est pas encore déterminé dans ce corridor de 750 kilomètres de long par 60 kilomètres de largeur. Photo : Radio-Canada

Gazoduq annonce le début des consultations en vue de déterminer le tracé final de la conduite.

Ce qu’on annonce, c’est un corridor qui fait 750 kilomètres de long, 60 kilomètres de large dans lequel il y aura éventuellement un tracé. Notre travail, c’est d’aller voir les gens, de les consulter pour déterminer le meilleur tracé possible , explique le conseiller relations avec les communautés chez Gazoduq, Julien Neveu-Villeneuve.

L’entreprise dit avoir retiré de ce corridor les aires protégées et les zones où le caribou forestier pourrait se retrouver. Gazoduq souhaite bonifier son projet avec l’aide des commentaires du public.

S’il y a un enjeu, on va s’asseoir avec les gens, on va entendre leurs préoccupations et essayer de trouver des solutions.

Julien Neveu-Villeneuve, conseiller relations avec les communautés chez Gazoduq

L'entreprise promet d'éviter les milieux écologiques sensibles et de consulter les Premières Nations et les autres communautés touchées par le projet.

Deux projets liés

La société en commandite GNL Québec est propriétaire de Gazoduc ainsi que de l’entreprise Énergie Saguenay. Les deux compagnies ont les mêmes investisseurs, mais les décisions sont séparées selon eux.

La construction du gazoduc pourrait débuter en 2022 pour une mise en service en 2024, l’année de l'ouverture de l'usine de liquéfaction d'Énergie Saguenay.

La directrice communications et relations avec les communautés chez Énergie Saguenay, Stéphanie Fortin, explique que la nouvelle conduite est nécessaire pour le projet d’usine de liquéfaction.

 En fait, en ce moment, le seul gazoduc qui amène le gaz naturel à la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean va bientôt être exploité à sa capacité maximale parce que la structure existante ne pouvait pas répondre aux besoins d’Énergie Saguenay, donc la construction de cette nouvelle conduite-là devient essentielle pour la réussite du projet pour alimenter notre usine.

Réactions des groupes environnementaux

Le nouvel organisme Coalition Fjord, qui organisait une manifestation pour protéger la rivière Saguenay récemment, apprécie que l'entreprise Gazoduc propose un processus de consultation des communautés touchées.

La Coalition déplore que le projet d'usine de liquéfaction et le projet de gazoduc fassent l'objet de deux processus d'évaluation environnementale distincts.

C’est global, donc on peut se questionner sur le gazoduc, mais il faut se questionner aussi sur l’usine qu’il va y avoir au bord de l’eau, on peut se questionner sur les bateaux, il faut se questionner sur tout ce qu’il va y avoir. Il faut même se questionner sur les retombées économiques, mentionne Anne Gilbert-Thévard.

Elle se demande par ailleurs quels emplois seront générés avec le gazoduc et l’usine de liquéfaction.

De son côté, le président de l’Action boréale de l’Abitibi-Témiscamingue souligne que le projet n’a rien pour diminuer la consommation énergétique mondiale.

Notre empreinte est insupportable pour la planète. En plus, on nous dit qu'on va exporter à l'extérieur. Ce ne sont pas des bateaux à voile qui vont traverser, ce sera encore du CO2, conclut Henri Jacob.

Saguenay–Lac-St-Jean

Énergie