•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énoncé économique : levée de boucliers des francophones sur les réseaux sociaux

Photo de trois adolescents qui sourient : un Noir, une Noire et une Blanche.
Le gouvernement ontarien n'ira pas de l'avant avec la mise sur pied de l'Université de l'Ontario français, qui était censée ouvrir ses portes en 2020. Photo: Site officiel
Radio-Canada

Les réactions abondent sur les réseaux sociaux à la suite de l'annonce de l'abandon du projet d'université de langue française par le gouvernement ontarien. L'énoncé économique des progressistes-conservateurs dévoilé jeudi prévoit aussi la dissolution du Commissariat aux services en français.

L'ancien président de la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), Pablo Mhanna-Sandoval, qui a beaucoup milité en faveur de la création de l'Université de l'Ontario français, se dit outré et hors de lui-même.

Le politologue Martin Normand exige quant à lui des explications de la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney.

Les réactions comprennent aussi des appels à l'action afin de préserver les deux entités.

Nord de l'Ontario

Politique provinciale