•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Protection des baleines noires : la limite de vitesse est levée dans le golfe du Saint-Laurent

Queue d'une baleine sortant de l'eau.
Afin de protéger les baleines noires, le gouvernement fédéral a imposé une limite de vitesse dans le golfe du Saint-Laurent du 28 avril au 15 novembre 2018. Photo: Center for Coastal Studies/NOAA
Radio-Canada

Transports Canada lève pour l'hiver la limite de vitesse que les navires sont obligés de respecter dans le golfe du Saint-Laurent. Cette limite faisait partie des mesures adoptées par le gouvernement fédéral pour protéger les baleines noires de l'Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition dont il ne reste que 411 spécimens.

Le gouvernement annonce du même souffle qu’il n’a eu connaissance d’aucune mort de baleine noire causée par une collision avec un navire dans les eaux canadiennes en 2018.

L’année 2017 avait été particulièrement meurtrière pour l’espèce. Dans le golfe du Saint-Laurent seulement, on avait déploré la mort de 12 baleines. Les collisions avec les navires et l’enchevêtrement dans les cordages de pêche sont deux importantes causes de mortalités pour ces mammifères.

Transports Canada a imposé trois amendes cette année pour le non-respect de la limite de vitesse. Le ministère indique que plusieurs autres cas sont examinés.

Le 28 avril dernier, Transports Canada avait imposé une vitesse maximale de 10 nœuds aux navires de 20 mètres ou plus naviguant dans l’ouest du golfe du Saint-Laurent. Les navires étaient autorisés à circuler à des vitesses normales dans certaines parties des deux voies de navigation au nord et au sud de l’île d’Anticosti, si aucune baleine n’était repérée.

Des secouristes sur un bateau à la poursuite d'une baleine qui traîne un cordage de pêche et une bouée.Une baleine noire de l'Atlantique Nord empêtrée dans un cordage de pêche. Photo : Associated Press

La levée de cette limitation de vitesse, jeudi, permettra aux navires de circuler en toute sécurité pendant les mois d’hiver, indique le gouvernement.

Plus tôt ce mois-ci, l’édition 2018 du rapport de l’organisme North Atlantic Right Whale Consortium, analysant des données de 2017, indiquait qu’il ne restait que 411 baleines noires de l’Atlantique Nord, soit 40 de moins que l’année précédente. De ce nombre, 71 sont des femelles reproductrices.

Nouvelle-Écosse

Faune marine