•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hôpital du Saint-Sacrement : fini les lits à l'urgence psychiatrique

Vue extérieure de l'hôpital du Saint-Sacrement et de l'affiche de l'entrée à l'urgence
La fermeture prochaine de l'urgence psychiatrique de l'hôpital du Saint-Sacrement est bien perçue par des organismes qui oeuvrent en santé mentale à Québec, Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'urgence psychiatrique de l'Hôpital du Saint-Sacrement ferme ses huit lits à compter de vendredi. À moyen terme, la direction souhaite également fermer 44 lits d'hospitalisation en psychiatrie d'ici juin 2019, mais se fait rassurante : le service dans la communauté sera amélioré.

Un texte de Camille Simard

Afin d'éviter une rupture de services pour les patients, la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale ajoute 5 civières additionnelles à l'urgence du CHUL et du personnel à l'urgence de l'Enfant-Jésus. En agissant de la sorte, la direction souhaite une approche « moins institutionnelle ».

C’est le manque de psychiatres dans la région qui a accéléré la fermeture des lits à l’urgence psychiatrique. Il y a un manque à gagner de 20 % de psychiatres présentement sur une possibilité de 94 psychiatres.

« Ça nous amène à une nouvelle gestion de risque, une gestion plus serrée », confirme Guy Thibodeau, président-directeur adjoint au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Les responsables du CIUSSS de la Capitale-Nationale ont présenté un plan pour mieux déployer les ressources en santé mentale. Les responsables du CIUSSS de la Capitale-Nationale ont présenté un plan pour mieux déployer les ressources en santé mentale. Photo : Radio-Canada / Stéphane Lamontagne

Virage dans la communauté

Le CIUSSS tient à se faire rassurant et rappelle que deux urgences psychiatriques sont toujours maintenues à Québec, soit à l'Hôpital de l'Enfant-Jésus et au Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL). Le nombre de civières va passer de 26 à 23 pour la région.

Le CIUSSS compte améliorer les services psychiatriques en ajoutant 24 professionnels à court terme, que ce soit des travailleurs sociaux, des psychologues ainsi que des infirmières.

Le programme d'encadrement clinique et d'hébergement communément appelé PECH va aussi contribuer avec l'ajout de 5 lits d'hébergement temporaires dans ses installations.

Des ressources seront aussi disponibles 24 heures sur 24. Le directeur général Benoît Côté estime que les personnes en état de crise seront mieux servies.

« Je pense que quand on arrive à l'hôpital il est souvent trop tard. La situation s'est détériorée, on aurait pu intervenir en amont. Régler une situation, faire qu'elle s'apaise. Je crois à l'importance de la première ligne » dit-il.

Selon le CIUSSS, près 1300 personnes sont toujours en attente d'être évaluées pour un premier suivi psychologique ou psychiatrique.

Hôpitaux

Santé