•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé et sécurité des quarts-arrières : la LCF ajoute un huitième officiel

Le quart-arrière Brandon Bridge, aidé des soigneurs, rentre au banc des siens après un contact à la tête.
Le 11 novembre 2018, le quart-arrière Brandon Bridge a été plaqué à la tête par un rival. Le geste n'a pas été puni car l'arbitre en chef avait la vue obstruée par un autre joueur, affirme la LCF. Photo: La Presse canadienne / Mark Taylor
Radio-Canada

La Ligue canadienne de football (LCF) a pris la décision d'ajouter un huitième officiel pour le reste des présentes séries éliminatoires. Il aura une seule et unique responsabilité, soit de surveiller les coups portés à la tête ou au cou d'un quart-arrière.

Cette décision a été prise à la suite de la demi-finale de l’Ouest entre les Blue Bombers de Winnipeg et les Roughriders de la Saskatchewan. Alors qu’il ne restait que quelques secondes à écouler au quatrième quart, l’ailier défensif Jackson Jeffcoat a plaqué le quart-arrière Brandon Bridge à la tête. Un geste qui n’a pas été puni par les officiels, soulevant l’ire des partisans et des joueurs des Roughriders.

Deux semaines plus tôt, le quart-arrière partant des Riders Zach Collaros avait subi une commotion cérébrale après un plaqué jugé illégal par les autorités de la LCF.

Le commissaire du circuit, Randy Ambrosie, a tout d’abord admis que Jackson Jeffcoat aurait dû être pénalisé sur la séquence. Il a ajouté que son arbitre en chef n’a pas été en mesure de voir le geste, car un joueur obstruait sa vue.

Selon M. Ambrosie, l’ajout d’un officiel qui devra garder en tout temps les yeux sur le quart-arrière devenait donc inévitable. Si celui-ci voit un coup porté à la tête ou au cou du quart-arrière qui n’a pas été signalé, il doit avertir l’arbitre en chef, qui pourra pénaliser le joueur fautif.

« Non seulement c’est important pour l’intégrité du sport, mais ça peut être dissuasif. [...] Rien de ce que nous faisons en matière de sécurité des joueurs ne doit être considéré comme la solution ultime. Notre approche doit évoluer constamment et nous croyons que c’est un bon changement. »

Le pivot Johnny Manziel sonné par un joueur du Rouge et Noir d'Ottawa alors qu'il s'apprêtait à marquer un touché. Le 11 août 2018, le quart-arrière des Alouettes de Montréal, Johnny Manziel, a subi une commotion cérébrale lors d'une joute contre le Rouge et Noir d'Ottawa. Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Les équipes consultées

Avant de prendre cette mesure, le grand patron de la Ligue canadienne de football a pris le temps de discuter avec les neuf formations du circuit, principalement avec les quatre clubs toujours actifs, afin de savoir si ceux-ci étaient ouverts à apporter des changements 10 jours avant le match de la Coupe Grey.

« Au fil des ans, nous avons fait beaucoup pour protéger les quarts-arrières [...] mais il est clair que nous devons faire plus », affirme M. Ambrosie.

Randy Ambrosie indique qu’à l’issue de la Coupe Grey, qui se tiendra le 25 novembre à Edmonton, il discutera avec l’Association des joueurs de la LCF, le comité de règlements, les dirigeants et les gouverneurs des neuf franchises afin de décider si cette réglementation sera adoptée de façon permanente pour la saison 2019.

Saskatchewan

Football