•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un atterrissage d'urgence à Stephenville donne la frousse aux passagers

Un avion sans train d'atterrissage avec sa porte au sol sur une piste d'atterrissage.

Un avion a atterri d'urgence à l'aéroport de Stephenville, dans l'ouest de Terre-Neuve, jeudi après-midi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un avion a effectué un atterrissage d'urgence à l'aéroport de Stephenville, dans l'ouest de Terre-Neuve, jeudi après-midi, avec 51 personnes à bord. Son train d'atterrisage avant s'est affaissé, mais personne à bord n'a été blessé.

L'avion de Provincial Airlines (PAL) se rendait à Deer Lake, dans l'ouest de Terre-Neuve.

Il a d'abord tenté d'atterrir à Deer Lake, indique la compagnie aérienne dans un communiqué de presse. Mais compte tenu des conditions météorologiques défavorables à Deer Lake, le pilote s'est rendu à l'aéroport de Stephenville, mieux équipé pour les atterrissages d’urgence.

Il y avait 47 passagers et quatre membres d'équipage à bord de l'avion Dash 8, a précisé PAL.

Les équipes d'urgence et la Croix-Rouge canadienne ont été dépêchées sur les lieux.

Un « travail phénoménal » de l'équipage

Gene Babb, qui était sur le vol, a déclaré que le pilote et l'équipage avaient effectué un « travail phénoménal » dans les circonstances.

J'ai été impressionné par le pilote et l'équipage, a déclaré Gene Babb à CBC News. Ils ont été phénoménaux, je dois dire.

M. Babb a précisé que le vol devait atterrir à Deer Lake avant de poursuivre vers Saint-Jean, mais le pilote a découvert une défectuosité du train d'atterrissage.

« Tout ira bien »

D’après le passager, l'avion a tourné dans le ciel pendant une heure avant de se diriger finalement vers Stephenville.

Le pilote a alors annoncé aux passagers de se préparer à un atterrissage d'urgence.

Gene Babb indique qu’à ce moment, les gens sont devenus nerveux.

Quand ils ont annoncé que nous devions être en position croisée pour atterrir, qu’il fallait poser la tête ou les mains sur le dossier du siège, les gens ont commencé à s'inquiéter et à paniquer.

Gene Babb, un passager

Il y avait des enfants qui pleuraient. C'est à ce moment-là que c'est devenu réel.

M. Babb confie qu’il n’était pas nerveux. J'essayais de calmer les passagers autour de moi, de leur faire savoir que tout irait bien. L’atterrissage a été extrêmement doux, l’avion s’est immobilisé après un choc, mais sans plus.

Certaines personnes pleuraient en descendant de l'avion, mais plus par soulagement que par peur, a-t-il déclaré.

Terre-Neuve-et-Labrador

Justice et faits divers