•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premiers essais d’une thérapie expérimentale contre le parkinson

Une colonie de cellules souches pluripotentes induites (CSPi).
Une colonie de cellules souches pluripotentes induites (CSPi). Photo: UCLA
Radio-Canada

Au Japon, un homme dans la cinquantaine est le premier de sept patients à recevoir un traitement expérimental contre le parkinson qui consiste à injecter dans le cerveau des cellules souches reprogrammées.

Le neurochirurgien Takayuki Kikuchi et ses collègues de l’Université de Kyoto ont injecté 2,4 millions de cellules pluripotentes (CSPi), capables de se transformer en n'importe quel type de cellule, dans la partie gauche du cerveau, au cours d'une opération de trois heures réalisée le mois dernier.

L'homme a bien supporté le traitement et sera désormais surveillé pendant deux ans.

Si aucun problème n'apparaît dans les six mois à venir, les chercheurs implanteront alors 2,4 millions de cellules supplémentaires, cette fois dans la partie droite du cerveau du patient.

Ces cellules CSPi provenant de donneurs sains sont censées se développer en neurones producteurs de dopamine, un neurotransmetteur intervenant dans le contrôle de la motricité.

Le saviez-vous?

Il est possible depuis quelques années de transformer une cellule adulte spécialisée en cellule immature capable de redonner n’importe quelle sorte de cellules de l’organisme grâce aux travaux du chercheur japonais Shinya Yamanaka, lauréat du prix Nobel de médecine 2012. Ces cellules sont déjà largement utilisées pour modéliser de nombreuses maladies et tester l’efficacité de molécules potentiellement thérapeutiques. Elles pourraient en outre bénéficier au développement de stratégies de médecine régénérative. (INSERM)

L'Université de Kyoto avait annoncé en juillet la tenue de cet essai clinique avec sept participants âgés de 50 à 69 ans.

« Je salue les patients pour leur participation courageuse et déterminée », a commenté le Pr Jun Takahashi, cité par la chaîne de télévision publique NHK.

La maladie de Parkinson est marquée par la dégénérescence de ces neurones et se traduit par des symptômes qui s'aggravent progressivement, tels des tremblements, une rigidité des membres et une diminution des mouvements du corps.

Elle frappe plus de 10 millions de personnes dans le monde, selon la Parkinson's Disease Foundation américaine. Les thérapies actuellement disponibles « améliorent les symptômes sans ralentir la progression de la maladie », explique cette fondation.

Cet essai fait suite à une expérience réalisée sur des singes avec des cellules souches d'origine humaine qui ont permis d'améliorer la capacité de primates atteints d'une forme de parkinson de faire des mouvements, selon une étude publiée fin août 2017 dans la revue scientifique Nature. La survie des cellules greffées, par injection dans le cerveau des primates, a été observée pendant deux ans, sans aucune apparition de tumeur.

Les cellules souches pluripotentes induites sont des cellules adultes ramenées à l'état quasi embryonnaire en leur faisant de nouveau exprimer quatre gènes (normalement inactifs dans les cellules adultes). Cette manipulation génétique leur redonne la capacité de produire n'importe quel genre de cellules (pluripotence), selon le lieu du corps où elles sont ensuite transplantées.

L'utilisation de cellules CSPi ne pose pas de problèmes éthiques fondamentaux, contrairement à celle de cellules souches prélevées sur des embryons humains. 

Avec les informations de Agence France-Presse

Médecine

Science