•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plaidoyer pour une piste cyclable sur la rue Sherbrooke

Une cycliste sur la rue Sherbrooke

Il n'y a ni piste ni bande cyclable sur la rue Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Radio-Canada

Des associations de cyclistes se mobilisent pour la création d'une piste cyclable protégée sur la rue Sherbrooke. Elles comptent accentuer la pression sur la Ville de Montréal, qui est en pleine réflexion sur l'organisation du réseau cyclable. Ce projet pourrait occasionner la suppression de dizaines de places de stationnement.

Un texte de Vincent Resseguier

Le porte-parole de la Coalition vélo de Montréal, Daniel Lambert, en a fait sa priorité. Il souhaite qu'en 2019 la mairesse de Montréal intègre la rue Sherbrooke dans le Réseau Express Vélo (REV). Ce projet, évoqué pendant la campagne électorale par Projet Montréal, doit poser les bases du réseau cyclable de demain.

Après en avoir discuté avec Valérie Plante, Daniel Lambert admet que les chances sont minces à court terme, mais il n'en démord pas et il veut absolument convaincre l’administration municipale. Pour cela, le cycliste militant multiplie les rencontres avec des élus locaux et différentes instances locales, dont les commissions scolaires.

En faisant la promotion de ce projet, il espère obtenir une mobilisation en sa faveur, en particulier chez les grands employeurs du centre-ville (banques, firmes d’avocats ou grands magasins...) qui, selon lui, ont tout intérêt à faciliter le transport actif de leurs salariés.

Son argument est simple : la rue Sherbrooke est l'axe est-ouest le plus naturel pour traverser la ville rapidement et en toute sécurité. Daniel Lambert imagine une piste d'une quinzaine de kilomètres entre Westmount et l'autoroute 25, avec une voie unidirectionnelle, séparée de la circulation automobile, de chaque côté de la chaussée.

La Coalition vélo Montréal peut compter sur le soutien du Conseil régional de l'environnement (CRE) de Montréal, qui fait partie du comité vélo de la ville. La responsable des dossiers Transport au CRE, Tania Gonzalez, estime qu'il y a un consensus autour du fait que la rue Sherbrooke est une « ligne de désir ».

Tania Gonzalez soutient que la rue Sherbrooke est un lien évident entre plusieurs pôles d’emplois et les quartiers résidentiels.

Supprimer des stationnements, une mesure qui fait réagir

Plan du réseauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le REV (Réseau Express Vélo), qui sera doté de 140 km de pistes cyclables, doit être livré d’ici 2021

Photo : Projet Montréal

Daniel Lambert milite pour une piste cyclable le long du trottoir, à côté d'une voie réservée aux autobus. Un tel agencement implique que les usagers des autobus traversent le chemin des cyclistes. Une configuration qui existe déjà à Toronto et sur quelques axes montréalais, mais qui nécessite des aménagements urbains importants.

Pour faire de la place aux vélos, il faudra inévitablement en enlever aux autres véhicules. Daniel Lambert évoque le retrait des places de stationnement dans la partie est de la rue Sherbrooke, plus résidentielle. À Westmount, il imagine plutôt supprimer une voie de circulation afin de ne pas pénaliser les commerces. Il admet que la question du centre-ville reste entière et qu'il faudra faire preuve de flexibilité.

La solution viendra peut-être des recommandations de Vélo Québec, qui a reçu le mandat de préparer un plan vélo pour le centre-ville. Le rapport, qui a été remis à la Ville au cours de l'été, n'a pas encore été rendu public. La directrice générale de l'organisme, Suzanne Lareau, assure toutefois que cette étude a identifié la rue Sherbrooke parmi les priorités.

Le rapport, dit-elle, révèle que le centre-ville est très mal desservi et qu'il pose des problèmes de sécurité pour les cyclistes. Il montre que les rues Sherbrooke et Ontario sont déjà très empruntées par les cyclistes, « malgré le fait que ce soit très désagréable d’y circuler ». Selon Suzanne Lareau, la ville ne peut pas choisir des axes qui vont à l’encontre des habitudes actuelles des cyclistes.

Tania Gonzalez reconnaît que tous les planificateurs urbains, en particulier les élus, marchent sur des œufs lorsqu'il est question de supprimer du stationnement, un dossier « très émotif ». Mais elle soutient que « c’est une belle opportunité de repenser Sherbrooke », où la circulation est souvent au ralenti. Elle croit qu'il est temps de décider si on veut donner la priorité aux déplacements ou aux véhicules à l’arrêt.

Des défis techniques

La réorganisation éventuelle de la rue Sherbrooke comporte son lot de défis, mais pour Tania Gonzalez, il s'agit aussi d'une bonne occasion pour tester des solutions innovantes. Elle évoque la possibilité de « jouer » avec la surface des voies – qui sont très larges sur cet axe – de manière à trouver de l’espace à la fois pour les automobiles, pour les voies réservées aux autobus et pour les pistes cyclables.

Suzanne Lareau souhaite elle aussi une nouvelle répartition de l’espace entre les différents usagers de la route. « Il y a un arbitrage à faire et c’est à la Ville de le faire », affirme-t-elle.

Profiter des investissements annoncés

Se déployant sur 140 kilomètres, le REV sera « composé de pistes cyclables existantes mises à niveau et de nouvelles pistes cyclables, accessibles douze mois par année, auxquelles viendront se greffer les réseaux cyclables locaux », indique la Ville de Montréal, qui prévoit dévoiler au printemps prochain les axes choisis et l'échéancier de réalisation.

L’autoproclamée « mairesse de la mobilité » a déjà prévu investir massivement dans le réseau cyclable. Le programme triennal d'immobilisations 2019-2021, présenté le 7 novembre, consacre 89 millions de dollars au vélo.

Grand Montréal

Transports