•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Non, un étudiant montréalais n'a pas inventé un économiseur d'essence

La vidéo montre une personne qui met de l'essence dans une automobile.
Cette vidéo Facebook sert de publicité pour un stratagème de marketing frauduleux. Photo: Capture d'écran - Facebook
Jeff Yates

CHRONIQUE - Le gadget EcoFuel promet de réduire la consommation d'essence de votre véhicule de 30 %. Encore mieux, il a été inventé par un étudiant montréalais. Mais – scandale – le gouvernement tente (bien sûr) de cacher l'affaire, et le jeune génie est expulsé de l'Université de Montréal! Une histoire captivante, n'est-ce pas? Attention, il s'agit d'une arnaque qui est devenue virale au Québec au cours des derniers jours.

« Cet Appareil Baisse Votre Consommation De Carburant Jusqu'à 30% ⛽ Les grandes compagnies pétrolières ne veulent pas vous voir découvrir ce nouvel appareil économiseur de carburant (sic) », peut-on lire dans une publication qui circule présentement au Québec sur Facebook. Elle est accompagnée d'une vidéo regardée près de 170 000 fois. Nous n'incluons pas la publication en question, puisqu'elle contient un lien vers un site potentiellement frauduleux.

Nous voyons un jeune homme avec le texte, « cet étudiant s'est fait viré de l'université de Montréal pour avoir inventé un appareil économisateur de carburant (sic) ».Capture d'écran de la vidéo qui circule. Photo : Capture d'écran - Facebook

« Cet étudiant s'est fait viré de l'université de Montréal pour avoir inventé un appareil économiseur de carburant (sic) , affirme-t-on. Une fois ses recherches publiées, il a été expulsé de Montréal », écrit-on.

Oui, oui, vous avez bien lu : expulsé de Montréal.

C'est une supposée citation de Mathieu. « J'ai reçu une lettre m'ordonnant de quitter l'université de Montréal immédiatement », affirme-t-il.Capture d'écran de la vidéo promotionnelle d'EcoFuel. Photo : Capture d'écran - Facebook

La vidéo fait défiler de supposées citations de Mathieu Bertrand, l'étudiant en question. Musique dramatique à l'appui, il explique avoir reçu une lettre de l'Université lui ordonnant de partir et que « l'ordre venait d'en haut ». Il aurait ensuite été escorté par des agents de sécurité. Rien de moins.

« Mathieu » poursuit en expliquant que le gouvernement et les pétrolières cherchent à cacher son invention. « La terre commence à être à court de pétrole, mais ils s'en fichent », plaide-t-il.

« C'est triste, mais ces entreprises ne veulent pas que l'on consomme moins de carburant », poursuit Mathieu.La vidéo contient de la musique dramatique digne du dénouement d'un film d'action. Photo : Capture d'écran - Facebook

Mais – miracle! – après moult rebondissements (la vidéo dure près de six minutes), Mathieu a réussi à terminer ses recherches et à mettre au point son dispositif. Il a fondé une entreprise, EcoFuel, pour le mettre sur le marché. Heureusement, vous pouvez maintenant l'acheter en ligne. Faites vite, « avant qu'il ne soit banni »!

Tout est là pour assurer un succès viral : une histoire inspirante, un jeune génie qui change le monde, une dose de conspiration, un soupçon d'environnementalisme, la promesse de sauver de l'argent... Ce sont tous des clichés dans le monde des fausses nouvelles.

Vous avez bien deviné, Mathieu n'existe pas. J'ai pu trouver des histoires identiques dans plusieurs pays, dont le Brésil, l'Allemagne, la Norvège, Israël, l'Autriche, l'Espagne, le Japon, et j'en passe.

Par exemple, la même vidéo existe en espagnol, où Mathieu Bertrand s'appelle Felipe Morales et où l'on affirme qu'il a été expulsé de l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM).

L'image est identique, mais au Mexique, on dit que le jeune homme s'appelle Felipe Morales, alors que son nom au Québec est Mathieu Bertrand. Comparaison entre les versions de la vidéo qui circulent au Mexique (gauche) et au Québec (droite). Photo : Capture d'écran - Facebook

Jeudi midi, l'Université de Montréal a dénoncé la fausse nouvelle sur sa page Faacebook.

Un stratagème de vente frauduleux

La publication inclut un lien vers un site web où l'on demande à l'internaute de choisir le type de carburant qui convient à son véhicule. Lorsque l'on clique, le site web nous redirige vers le site web d'EcoFuel, où l'on peut acheter le dispositif en question.

C'est un cas classique de marketing d'affiliation frauduleux, un nouveau fléau du web. Vous pouvez trouver une explication assez complète du phénomène ici. En résumé, le marketing d'affiliation permet à des gens malhonnêtes de gagner beaucoup d'argent en misant sur la crédulité des internautes. Plus le mensonge est énorme, plus c'est payant.

Comment fonctionne le marketing d'affiliation?

- Un vendeur veut vendre un produit ou un service sur le web. Il conclut des ententes avec des partenaires affiliés pour l'aider à en faire la promotion.

- Le partenaire affilié envoie des internautes vers le site du vendeur et les encourage à acheter son produit. Il peut le faire à l'aide de son réseau social ou d'articles sur un site web, par exemple.

- Selon l'entente entre le vendeur et le partenaire affilié, ce dernier empoche un certain montant chaque fois qu'un internaute qu'il a redirigé vers le site de vendeur effectue un achat.

- Contrairement à ce qui se passe pour la plupart des publicités que vous voyez sur le web, l'annonceur ne gagne pas d'argent si un internaute voit la publicité. Il faut que l'internaute achète le produit.

Dans ce cas-ci, on veut que les internautes croient à l'histoire de Mathieu (ou de Felipe) et qu'ils achètent le dispositif. La fausse histoire sert en quelque sorte de publicité.

D'ailleurs, la vidéo qui est partagée au Québec a circulé grâce à des publicités Facebook. La page Facebook qui a propagé cette histoire, Tech Scan, diffusait jeudi matin pas moins de trois publicités Facebook qui contenaient la vidéo. Il est impossible de savoir combien de gens ont été atteints par cette publicité et quel est le budget alloué à cette campagne.

Le site web rattaché à la page Facebook semble avoir été enregistré depuis la Colombie, selon des données recueillies à l'aide de DomainTools.

Je n'ai pas accès au dispositif, et je ne peux donc pas confirmer qu'il s'agit d'une arnaque. Par contre, des dispositifs semblables existent depuis longtemps, et des tests démontrent qu'ils ne font absolument rien (Nouvelle fenêtre).

De plus, l'histoire ressemble beaucoup à celle du Eco Watt, un dispositif censé vous aider à économiser de l'électricité. Dans un reportage de La facture, un ingénieur avait déterminé qu'il ne fonctionnait pas du tout.

Le dispositif lui-même est assez douteux. Mais en plus, on invente une histoire de toutes pièces pour vous le vendre. Pour moi, ça sent l'arnaque.

Vous avez vu circuler une info douteuse, une photo louche ou une citation peu crédible? Envoyez-la-moi! Vous pouvez m'écrire un courriel ou me joindre sur Facebook ou Twitter.

Fausses nouvelles

Société