•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fièvre de la pêche blanche s’empare de La Baie

Trois hommes habillés chaudement sont assis à l'extérieur.
Ces trois pêcheurs seront les premiers à choisir leur emplacement samedi. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le temps froid rappelle que la saison de pêche blanche arrive à grands pas. Les pêcheurs sont impatients de taquiner le poisson. Si bien que certains mordus font la file depuis le début de la semaine pour s'assurer d'être parmi les premiers à choisir leur emplacement.

Les inscriptions pour choisir les terrains dans les secteurs Grande-Baie et l’Anse-à-Benjamin auront lieu cette fin de semaine.

Le pêcheur Jean-Paul Desbiens attend devant le bâtiment du quai d’escale de La Baie depuis 4 h mardi pour être le premier à choisir son emplacement.

C’est surtout pour les places d’éperlans. Parce que de ce côté-ci, à l’Anse-à-Benjamin, il n’y a pas beaucoup de places et c’est vraiment bon pour l’éperlan. L’autre côté, ils ont plus de places, donc ils n’ont pas à venir coucher ici sur le quai, explique le mordu de pêche depuis 25 ans.

Le directeur de Contact Nature Rivière-à-Mars, l'organisme qui gère la pêche blanche sur la baie des Ha! Ha!, confirme que les places sont limitées pour les pêcheurs d'éperlan. Il espère corriger la situation.

Il y a une partie de rue dans la section l’Anse-à-Philippe qui est à chaque année problématique. Même l’an passé, on n’a pas été capable de l’ouvrir, l’année d’avant non plus. Cette année, on a décidé d’attendre, de ne pas l’ouvrir tout de suite et on verra au courant de la saison, souligne Marc-André Galbrant.

Le site de pêche blanche de Grande-Baie sur la baie des Ha! Ha!Chaque année, les mordus sont impatients de débuter la saison de pêche blanche. Photo : Radio-Canada

Les pêcheurs qui font la file affirment avoir tout ce qu’il faut pour affronter le froid jusqu'à samedi.

Nos familles disent qu’on est un peu fous d’être là, mais par contre quand ils vont venir pêcher et qu’ils voient qu’on a une bonne place de pêche, ils vont dire que c’est correct, relate le pêcheur Rock Lessard.

D’après le reportage de Denis Lapierre

Saguenay–Lac-St-Jean

Chasse et pêche