•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Émile Loranger isolé à son retour au conseil de L'Ancienne-Lorette

Émile Loranger, assis à la table du conseil, s'adresse aux élus.
Libéré d'une plainte de harcèlement psychologique, le maire de L'Ancienne-Lorette a fait un retour au conseil municipal lundi soir. Mais le premier magistrat est plus isolé que jamais Photo: Radio-Canada / Daniel Coulombe
Radio-Canada

Libéré d'une plainte de harcèlement psychologique, le maire de L'Ancienne-Lorette a fait un retour au conseil municipal lundi soir. Mais le premier magistrat est plus isolé que jamais.

Les quatre ex-conseillers de son équipe lui tournent toujours le dos.

Le maire s'est opposé à une proposition qui vise à lui donner un simple salaire de conseiller pour la période d'avril à octobre où il avait délaissé ses fonctions en raison de la plainte qui pesait contre lui.

Je trouve ça très décevant. Dans toute la saga, c'est ce que je trouve le plus décevant, a déclaré Émile Loranger.

Ça ne m'empêchera pas de faire ma job de maire. Mes principaux conseillers, il y en a 17 000. Ce sont les citoyens.

L'affaire fera l'objet de discussion en décembre. Le maire Loranger a cependant le pouvoir de bloquer toute modification au salaire des élus. L'enjeu financier est de taille pour le maire dont le salaire est d'environ 100 000 dollars par année en comptant une allocation de dépenses.

Le salaire de conseiller, lui, est fixé à un peu plus de 27 000 dollars annuellement, avec l'allocation de dépenses.

Brève unanimité

Malgré la discorde, les élus ont approuvé à l'unanimité le versement d'une indemnisation de 4,5 M$ de la part de la Ville de Québec, pour des services municipaux payés trop cher.

Le conseiller indépendant Gaétan Pageau critique cependant le plan du maire d'utiliser la somme pour poursuivre la bataille judiciaire contre la capitale.

Ce qui a été promis par Monsieur Loranger, c'est que lorsqu'on recevrait de l'argent de la Ville de Québec, il rembourserait les citoyens, rappelle M. Pageau.

Maintenant, il nous dit qu'il ne veut plus rembourser les citoyens, il ne veut plus baisser le compte de taxes, il ne veut pas baisser la dette qui est en croissance.

Enfin, le conseil a approuvé la webdiffusion des séances du conseil municipal, une idée à laquelle Émile Loranger s'est toujours opposé auparavant.

La prochaine séance du conseil municipal de L'Ancienne-Lorette aura lieu le 27 novembre.

Québec

Politique municipale