•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

T.-N.-L. : le président des progressistes-conservateurs quitte son poste pour lancer un nouveau parti

Graydon Pelley en campagne électorale devant des membres de son équipe en 2015.

Graydon Pelley était candidat en 2015 dans Humber-Gros Morne, la circonscription du premier ministre Dwight Ball.

Photo : Radio-Canada / CBC/Peter Cowan

Radio-Canada

Le président du Parti progressiste-conservateur de Terre-Neuve-et-Labrador quitte son poste dans l'intention de former une nouvelle formation politique pour l'élection provinciale de 2019.

Graydon Pelley, qui est de Deer Lake, dit qu’il s’affairera maintenant à enregistrer un parti nommé Alliance NL à temps pour le scrutin qui se tiendra dans un an.

Selon Élections Terre-Neuve-et-Labrador, il y a plusieurs étapes à respecter pour enregistrer officiellement un parti. Il faut entre autres remettre une pétition signée par 1000 électeurs, nommer un directeur financier et un commissaire aux comptes, puis soumettre un rapport financier, le tout dans les délais requis.

M. Pelley, qui a remis sa démission à titre de président du Parti progressiste-conservateur le 30 octobre, assure n’entretenir aucune animosité envers ses anciens collègues. Il désire plutôt voir du changement en politique.

Je crois que les gens en ont le ras-le-bol de la façon dont les partis politiques agissent dans notre province, dit-il. On s’oppose systématiquement à une idée, qu’elle soit bonne ou non, du moment qu’elle vient d’un adversaire, déplore-t-il.

Ça doit changer et on doit mettre l’accent sur les gens, ajoute celui qui était candidat lors de l’élection générale de 2015 dans Humber-Gros Morne, la circonscription du premier ministre libéral Dwight Ball. M. Pelley avait récolté 16 % du vote pour les progressistes-conservateurs.

Des excuses à la suite d’une publication Facebook

Il a fallu peu de temps pour qu’une publication partagée par Graydon Pelley sur Facebook mette l’ex-président des progressistes-conservateurs sur la défensive.

Mercredi matin, un internaute interpellait sur Twitter (Nouvelle fenêtre) la station de radio locale VOCM. Demandez à Graydon l’opinion de son parti sur les droits LGBTQ+, écrivait John Riche, un agent immobilier de Saint-Jean, joignant à son message une capture d’écran d’une publication Facebook partagée par Graydon Pelley le 25 mars dernier.

Homme. Femme. Mâle. Femelle. C’est la façon dont ça doit être. Partagez si vous êtes fatigués de ces stupidités, pouvait-on lire sur cette publication Facebook partagée par M. Pelley.

Mercredi, Graydon Pelley a répondu : Je crois fermement que chaque personne, peu importe son orientation sexuelle, peu importe sa religion [...] doit être respectée.

M. Pelley indique être père de trois enfants immigrants et dit avoir un fils qui est un gai pratiquant.

J'ignorais l'origine de cette publication et [j'ignorais] que c'était une publication négative envers la communauté LGBTQ2, a écrit mercredi après-midi Graydon Pelley sur Twitter (Nouvelle fenêtre). Si j'avais su, je n'aurais jamais fait cela. À la communauté LGBTQ2, s'il vous plaît acceptez mes excuses.

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale