•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement en Indonésie : l'oubli de Boeing dans ses manuels de vol

Avion Lion Air en vol.
Un appareil de Lion Air Photo: AFP / Roslan Rahman

Les causes exactes de la tragédie aérienne qui a coûté la vie à 189 personnes le 29 octobre en Indonésie ne sont toujours pas connues, mais les systèmes de contrôle automatisés du Boeing 737 MAX de Lion Air retiennent particulièrement l'attention des enquêteurs indonésiens et américains, rapporte le Wall Street Journal.

Des pilotes de ligne américains affirment que Boeing ne les avait pas informés du nouveau système antidécrochage des 737 MAX ni formés sur celui-ci – le 737 MAX est la plus version récente du 737, l’avion le plus vendu du monde.

Le système automatisé est conçu pour aider les pilotes à éviter de lever le nez de l’avion trop haut, ce qui peut faire décrocher l’avion ou lui faire perdre la portance aérodynamique qui lui permet de continuer à voler. Le nouveau système repousse automatiquement le nez vers le bas.

Or, si cette dernière commande est enclenchée à la suite de la défaillance d’un capteur – tel que suspecté dans le cas de l’écrasement du vol de Lion Air –, les pilotes peuvent avoir de la difficulté à contrôler l’avion, ce qui peut pousser l’avion à plonger, voire à s’écraser, selon un bulletin de sécurité de Boeing et des responsables de la sécurité aérienne.

Le bulletin comprend, selon des pilotes, de nouveaux détails sur la manière d’arrêter une succession d’événements qui risquent de conduire à un écrasement.

« C’est quelque chose que nous n’avons jamais eu avant dans nos formations. Ce n’était pas dans nos livres. Les Américains ne l’avaient pas », soutient Dennis Tajer, pilote de 737 et porte-parole du syndicat des pilotes d’American Airlines.

Maintenant, je me demande qu’est-ce qu’il y a d’autre [que nous ne savons pas]?

Dennis Tajer, pilote de Boeing 737 et porte-parole du syndicat des pilotes d’American Airlines

Jon Weaks, président du syndicat des pilotes chez Southwest Airlines, affirme qu’il n’a jamais vu une omission semblable dans un manuel de vol de Boeing.

« Je n’étais pas content. Comment quelque chose de semblable peut-il arriver? Nous voulons avoir toute l’information [nécessaire] pour garder nos pilotes, nos passagers et nos familles en sécurité », a-t-il lancé. M. Weaks est maintenant « satisfait d’avoir finalement reçu la bonne information ».

L'employeur de Jon Weaks souligne aussi l’absence de directives de la part de Boeing. Une porte-parole de Southwest Airlines affirme en effet que le nouveau système n’était pas expliqué dans le manuel d’exploitation des avions MAX.

Chez American Airlines, les nouvelles fonctions n’étaient pas connues non plus, mais aucun problème de décrochage n’a été décelé.

Directive d’urgence de l’agence fédérale américaine

Boeing et la Federal Aviation Administration (FAA) ne croient pas qu’une formation additionnelle pour les pilotes soit nécessaire, selon un porte-parole de United Airlines.

La FAA a émis une directive d’urgence la semaine dernière aux compagnies aériennes, leur demandant de mettre à jour les manuels des postes de pilotage pour s’assurer qu’ils contiennent les instructions qui permettent aux pilotes d’ajuster les commandes de vol dans certaines conditions.

« La FAA interviendra si les résultats de l’enquête sur l’accident [de Lion Air à la fin d'octobre] le justifient », a précisé l’agence, mardi.

L’avion qui assurait le vol JT610 vers Pangkal Pinang en Indonésie, avait été mis en service au mois d’août. L’appareil s'est écrasé en mer à 15 km de l'île de Java, 13 minutes après son décollage à Djakarta.

Le PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, s'est dit persuadé, mardi, que le MAX est un avion sécuritaire. Il a ajouté que l'entreprise n’a caché aucun détail de fonctionnement aux compagnies aériennes ni à leurs équipages et a affirmé que Boeing s’assure de donner toute l’information nécessaire pour voler en toute sécurité avec ses appareils.

Plus de 200 bimoteurs 737 MAX ont été livrés à des compagnies aériennes du monde entier jusqu'à maintenant.

Avec les informations de Associated Press

Écrasement d'avion

International