•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énoncé économique de l’Ontario : des francophones ont peu d'attentes

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario, Carol Jolin

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le discours sombre du gouvernement de Doug Ford concernant l'économie de l'Ontario n'a pas de quoi rassurer des groupes francophones qui suivront l'énoncé économique d'automne jeudi.

Un texte d’Eve Caron

Le ministre des Finances Vic Fedeli doit en faire la présentation à Queen’s Park vers 13 h 15.

Or, le déficit de 15 milliards de dollars annoncé par le gouvernement à la mi-septembre et souvent cité dans le discours des ministres sème l’inquiétude.

Il y a une certaine appréhension. On entend toutes sortes de spéculations depuis un bon moment. Mais les Ontariens et les Ontariennes ont élu un gouvernement dont la priorité est l'équilibre budgétaire.

Carol Jolin, président de l’AFO

L’énoncé économique d’automne est un « mini-budget » qui dresse un portrait des finances de la province. La particularité cette année : c’est la première fois que le gouvernement de Doug Ford est appelé à présenter les perspectives financières de la province depuis son arrivée au pouvoir en juin.

La dernière mise à jour des finances de la province remonte au budget présenté le 27 mars par le gouvernement libéral de Kathleen Wynne.

Carol Jolin voit cependant une lueur d’espoir dans le discours du gouvernement progressiste-conservateur. Maintenant, comme le gouvernement a également comme priorité les services à la clientèle, on est persuadés qu'il va garder les outils pour toujours être en mesure de respecter la Loi sur les services en français.

Carol Jolin s'attend aussi à ce que le gouvernement maintienne son engagement dans des dossiers comme l'Université de l'Ontario français et le Centre Jules-Léger, à Ottawa.

Cela dit, M. Jolin souligne que les dossiers concernant la francophonie sont rarement évoqués dans un énoncé économique d’automne.

Il y a un an, les libéraux avaient profité de l'occasion pour annoncer leur intention d'aller de l'avant avec l'Université de l'Ontario français en introduisant un projet de loi pour définir sa mission et préciser son nom.

Pierre Tessier, directeur général de la Société économique de l’Ontario, espère surtout que le gouvernement de Doug Ford précisera son échéancier pour éliminer le déficit de 15 milliards de dollars.

Est-ce qu'ils veulent faire ça en 2, 3 ou 4 ans? Parce que ça va certainement avoir un impact sur les dépenses du gouvernement.

Pierre Tessier, directeur général de la Société économique de l’Ontario

Le gouvernement de Doug Ford a déjà annoncé l’annulation de la construction de trois campus universitaires en banlieue de Toronto. Cette mesure devrait permettre au gouvernement d’économiser plus de 300 millions de dollars cette année.

Le ministre des Finances, Vic Fedeli, n’était pas disponible pour une entrevue à la veille de l’énoncé économique.

Les craintes de l’opposition

Tant les libéraux que les néo-démocrates n’hésitent pas à utiliser le mot « compressions » pour résumer leurs prévisions au sujet de l’énoncé économique.

Le gouvernement de Doug Ford a déjà dévoilé le fait que l’énoncé économique comptera une mesure pour hausser le seuil requis pour qu’un parti soit officiellement reconnu à Queen’s Park, le faisant passer de 8 membres d’un caucus à 12 membres.

Je pense que les conservateurs ont continué et continuent de blâmer les libéraux pour tout, et sont vraiment engagés dans une bataille contre l’idéologie libérale qui est à Ottawa.

Nathalie Des Rosiers, députée libérale

Toronto

Politique provinciale