•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec est « ouvert aux affaires », assure François Legault aux Américains

François Legault.
Le premier ministre souhaite renforcer les liens d'affaires du Québec avec la Nouvelle-Angleterre. Photo: The Canadian Press / Jacques Boissinot
La Presse canadienne

En plus de vanter l'hydroélectricité québécoise dans l'espoir d'augmenter les exportations, le premier ministre François Legault, qui amorce mercredi une mission économique de deux jours à Boston, compte profiter de son passage en sol américain pour réaffirmer que la province est prête à faire des affaires.

« We are open for business », a-t-il lancé dans la langue de Shakespeare, mercredi à Québec, à l'occasion de son discours devant l'assemblée des MRC de la Fédération québécoise des municipalités.

À son arrivée dans la capitale du Massachusetts, M. Legault, qui est notamment accompagné du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles Jonatan Julien pour l'occasion, doit amorcer sa première mission économique par des rencontres avec des fonds d'investissements américains – un rendez-vous auquel les médias ne peuvent assister.

Puis, en début de journée, jeudi, le premier ministre prendra part à une table ronde avec des représentants d'entreprises québécoises. Il prononcera aussi une allocution devant l'association commerciale du New England Council.

« Je veux que l'on soit en mesure d'offrir des terrains et des services pour être capables d'attirer dans chacune de nos MRC des emplois de qualité, a-t-il dit pendant son discours. C'est comme cela que l'on va réduire l'écart de richesse avec nos voisins. »

Contre-plongée sur des pylônes électriques.L'exportation d'énergie québécoise représente l'une des pierres angulaires de la stratégie économique extérieure du gouvernement. Photo : iStock

Énergie au menu

Mais la question énergétique risque d'occuper une bonne partie des discussions, alors que le premier ministre rencontrera le gouverneur du Massachusetts, Charlie Baker, ainsi que le coprésident du Comité sur l'énergie du Massachusetts, Thomas Golden. M. Legault n'a jamais caché ses ambitions visant à accroître les exportations d'électricité du Québec vers les autres provinces ainsi que vers les États-Unis.

C'est au Massachusetts qu'Hydro-Québec a réalisé un grand coup, l'an dernier, en décrochant un contrat d'approvisionnement pour acheminer annuellement 9,45 térawattheures (TWh) vers cet État de la Nouvelle-Angleterre pendant 20 ans dans le cadre d'une entente dont les revenus sont estimés à 10 milliards de dollars.

« Il y a eu une entente de principe importante, mais elle n'est pas encore ratifiée, a dit M. Legault en mêlée de presse, après son allocution. Je veux m'assurer avec M. Baker que le message est clair, que nous voulons continuer d'y travailler. »

La tâche s'est révélée plus compliquée que prévu pour Hydro-Québec, qui misait sur le projet Northern Pass, dont le gouverneur du Massachusetts est un partisan, pour exporter son hydroélectricité. Cette ligne de transport a été bloquée par le New Hampshire, qui refuse d'octroyer une autorisation essentielle.

Depuis, l'État américain s'est tourné vers une option de rechange, le New England Clean Energy Connect, qui sera réalisée par Hydro-Québec et son partenaire américain Central Maine Power, et dont le tracé empruntera le Maine. Si la mise en oeuvre de ce projet est prévue pour 2022, la ligne de transport n'a pas encore franchi l'ensemble des étapes du processus réglementaire visant à obtenir toutes les approbations nécessaires.

J'ai l'intention de discuter avec les gouverneurs de toute la Nouvelle-Angleterre, et éventuellement de New York, pour voir comment nous pouvons augmenter nos exportations d'électricité.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre a également rappelé qu'un autre projet, le New England Clean Power Link, permettrait d'acheminer de l'énergie en Nouvelle-Angleterre par l'intermédiaire du Vermont.

Le premier ministre a aussi laissé entendre qu'il pourrait rencontrer des élus du Maine à l'occasion de son passage à Boston.

Alors que M. Legault voit grand pour les exportations d'électricité, les plus récentes prévisions d'Hydro-Québec anticipent que la province devrait terminer l'année 2019 avec des surplus estimés à 9,8 TWh. Cette marge de manoeuvre devrait être plus mince au fil des années, pour s'établir à 2,5 TWh en 2024.

Au terme de sa mission à Boston, M. Legault rencontrera son homologue ontarien Doug Ford à Toronto, lundi. Le thème de l'énergie devrait encore une fois être abordé.

Politique provinciale

Politique