•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chantiers : les commerces d’environ 60 artères de Montréal dédommagés d’ici la fin de 2021

Tronçon de rue avec quelques panneaux, l'un indiquant que les commerces sont accessibles, un autre précisant que le trottoir est barré.

La rue Sainte-Catherine fait partie des nombreuses artères en chantier à Montréal actuellement.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Montréal estime que les commerçants d'une soixantaine d'artères en réfection seront admissibles à un dédommagement financier de sa part au cours des trois prochaines années.

Les détails de ce nouveau programme municipal – une première au Canada – ont été dévoilés mercredi après-midi par le responsable du développement économique au comité exécutif, Robert Beaudry, en l'absence de la mairesse Valérie Plante, qui dirige ces jours-ci une mission économique à Los Angeles.

Comme la Ville l'avait indiqué en juin dernier, 25 millions de dollars seront investis d'ici la fin de 2021 pour dédommager les commerçants touchés par les chantiers, dont 5,2 millions en 2019.

Le nouveau programme de compensation financière sera réservé aux commerces de détail – et non de services – qui ont pignon sur rue près de deux types de « chantiers majeurs » :

  • Ceux qui s'étalent sur plus de six mois et qui comportent des travaux souterrains, comme ceux qui ont cours ces jours-ci rue Sainte-Catherine;
  • Ceux entrepris par la Ville ou la Société de transport de Montréal (STM) et dont la durée prévue est d'au moins 36 mois, comme celui de la rue Bishop.

Les marchands qui estiment avoir perdu de l'argent en raison de ces travaux devront d'abord présenter leurs états financiers à la Ville afin que celle-ci puisse comparer leurs revenus actuels avec ceux d'avant. La première perte de 15 % ne leur sera pas remboursée, mais ceux qui auront pâti davantage des travaux pourront recevoir jusqu'à 30 000 $ par année.

Cette mesure sera rétroactive au 1er janvier 2016. Les commerçants de la rue Saint-Denis pourront donc en bénéficier eux aussi, même si la réfection de cette artère est aujourd'hui terminée.

Comme l'a dit la mairesse Valérie Plante lors du dévoilement de son plus récent budget, la semaine dernière, les commerces qui ont fait faillite ne seront pas admissibles au programme, pas plus que ceux qui ont déménagé pendant les travaux.

La Ville s'attend à recevoir environ 1100 demandes en tout.

Encore un peu de patience

Les chèques ne seront toutefois pas envoyés tout de suite. Ainsi, les marchands qui attendent les compensations promises – ceux de la rue Saint-Hubert, par exemple – devront prendre leur mal en patience. Au préalable, le programme devra être voté par le conseil municipal lors de sa prochaine réunion, qui s'ouvrira quelques jours avant Noël, le 20 décembre. L'ordonnance sur les artères concernées sera pour sa part émise en janvier, si bien que la Ville estime que les premiers chèques pourraient être envoyés au printemps, après réception des demandes.

M. Beaudry a aussi annoncé mercredi la bonification de l'ancien programme PRAM-Artère en chantier, qui portera désormais le nom d'Artère en transformation, et qui permettra davantage de soutien aux sociétés de développement commercial (SDC) et aux marchands qui souhaiteraient rénover leur commerce en marge des grands travaux prévus par la Ville.

L'administration fait valoir que ces deux nouveaux programmes ont été élaborés en conformité avec les recommandations du « comité commerce » piloté par le PDG de Desjardins, Guy Cormier, et dont le rapport a été déposé en juin dernier.

Avec la collaboration de Jean-Sébastien Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...