•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Grande Guignolée des médias en Abitibi-Témiscamingue en appelle à votre générosité

Des gens posent en rang d'oignon après une conférence de presse.

Le comité organisateur de l'édition 2018 de la Grande guignolée des médias de la MRC Abitibi

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Radio-Canada

Le comité organisateur de la Grande Guignolée des médias de l'Abitibi-Témiscamingue a lancé, mercredi, la 18e édition de l'événement, qui aura lieu du 26 novembre au 24 décembre. Malgré une situation de rareté de la main-d'œuvre, la pauvreté continue de frapper de nombreux citoyens, même des travailleurs à temps plein, rappelle le comité.

Un texte de Thomas Deshaies

En mars 2018, pas moins de 3135 personnes ont fait appel aux programmes de dépannage alimentaire, selon des données compilées par les banques alimentaires de la région.

La présidente de la Guignolée des médias dans la MRC d’Abitibi, Josyane Bolduc, estime que beaucoup de citoyens hésitent à demander de l’aide par crainte d’être jugés par leurs concitoyens. Ces gens-là il y en a beaucoup, et de plus en plus, explique-t-elle. Je les invite à ne pas avoir peur de demander, parce qu’on est là pour ça.

Un Fonds d’urgence a d’ailleurs été mis sur pied par le comité de la MRC d’Abitibi, destiné aux citoyens qui se retrouvent dans une situation de précarité du jour au lendemain.

De nombreuses manières d’aider

Pour permettre aux organismes de poursuivre leur mission, il faut cependant que les citoyens fassent preuve de générosité, mentionne Mme Bolduc. Sans les gens qui donnent, ce ne serait pas possible de le faire, mentionne-t-elle.

Il y a plusieurs manières de contribuer, notamment en offrant des denrées alimentaires aux points de chute régionaux ou en contribuant monétairement lors de la collecte du jeudi 6 décembre.

Une femme parle au micro, trois hommes à ses côtés.

Les présidents d'honneurs régionaux: l'équipe de la Pharmacie Viens, Ahern, Blanchette et Lamarre d'Amos

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

L’un des coprésidents d’honneur de la Guignolée, le pharmacien Guillaume Lamarre, constate que les besoins sont importants. Dans une pharmacie, on voit des gens qui n’ont pas de moyens par rapport aux médicaments. Par extension, au niveau de la nourriture, on peut penser que ça peut être difficile aussi, puisque c’est une cause qui nous touche au quotidien, affirme-t-il.

M. Lamarre invite les citoyens à faire preuve de générosité. Je pense qu’en s’impliquant dans les causes comme ça, réaliser que tu as la chance que ça se passe bien pour toi, mais que ça peut à n’importe quel moment basculer puis que tu en ailles besoin, conclut-il.

En 2017, 302 108 $ avaient été récoltés, et le comité organisateur espère bien récolter autant d’argent, sinon plus.

Abitibi–Témiscamingue

Engagement communautaire