•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une militaire canadienne accusée d’agressions sexuelles et de voie de fait

La frégate NCSM Charlottetown ancrée dans le port de la base navale d'Halifax.
Les faits présumés se seraient produits lors d'un déploiement de la frégate NCSM Charlottetown (archives). Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Une officière subalterne de la Marine royale canadienne est accusée d'agressions sexuelles et de voie de fait sur deux autres membres des Forces canadiennes lors d'un déploiement de la frégate NCSM Charlottetown en mer Méditerranée.

Trois accusations d’agression sexuelle et une de voie de fait portées en vertu du Code criminel ainsi que trois accusations de comportement déshonorant portées en vertu de la Loi sur la défense nationale pèsent sur l’enseigne de vaisseau de première classe Aidan Louise Brownlee. Cette dernière fait partie de la Force régulière servant à bord du NCSM Toronto.

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) explique qu’un tiers à bord du navire a signalé qu’une femme avait touché un ou une autre militaire de façon inappropriée tandis que le NCSM Charlottetown se trouvait près de Split, en Croatie, et à nouveau au moment où la frégate était à quai à Athènes, en Grèce.

Le SNEFC dit avoir immédiatement ouvert une enquête et déterminé qu’il y avait eu une deuxième victime d’événements similaires survenus près de la baie de Souda, en Grèce.

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes ne précise pas le sexe des présumées victimes.

Les faits présumés se seraient déroulés d’octobre à décembre 2017.

Aucune décision n’a encore été prise quant à savoir si une cour martiale sera saisie de l’affaire.

Halifax est le port d’attache des frégates NCSM Charlottetown et NCSM Toronto.

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers