•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le froid de novembre surprend les refuges pour sans-abri

Une personne itinérante dormant dans la rue, dans des couvertures, en hiver.
Les refuges pour sans-abri de Québec sont souvent complets. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La vague de froid qui s'est installée sur Québec au cours des derniers jours surprend les organismes communautaires venant en aide aux itinérants, déjà aux prises avec un achalandage important.

C’est complet partout, indique Éric Boulay, directeur général de Lauberivière, un refuge qui héberge des personnes en situation d’itinérance.

L’organisme a dû refuser sept hommes faute de place, alors que le mercure indiquait -14 °C dans la nuit de mardi à mercredi.

En décembre, Lauberivière redouble d’ardeur et ouvre un café de nuit, le Réchaud, où les gens peuvent aller se réchauffer.

On est surpris par l’hiver, 15 jours avant le temps, explique M. Boulay.

Manque de ressources

Malgré l’ajout d’une quinzaine de lits dans différents organismes de la ville au cours de la dernière année, les places se remplissent rapidement.

Presque tous les jours, c’est complet, observe Magalie Parent, organisatrice communautaire du Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes de Québec.

L’achalandage important des ressources pour les sans-abri se constate depuis la dernière année à Québec, selon l’organisatrice communautaire.

Il faudrait encore ouvrir des places, mais surtout réfléchir à pourquoi autant de gens se retrouvent dans la rue, surtout dans un contexte de prospérité économique, dit-elle.

Magalie Parent aimerait voir un financement plus stable pour les organismes communautaires qui travaillent avec cette population précaire, mais aussi une meilleure concertation avec le secteur de la santé.

Avec les informations de Fanny Samson

Québec

Pauvreté