•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Infanticides allégués à l'Î.-P.-É. : l'accusée devra subir une évaluation psychiatrique

Une porte d'entrée d'un bâtiment avec une affiche identifiant la Cour provinciale.
L'entrée de la Cour provinciale à l'Île-du-Prince-Édouard Photo: Radio-Canada / François Pierre Dufault
Radio-Canada

Une femme accusée de deux infanticides à l'Île-du-Prince-Édouard devra subir une évaluation psychiatrique. L'avocat de Shannon Dawn Rayner veut ainsi déterminer si sa cliente est apte à subir un procès criminel.

Un texte de François Pierre Dufault

La femme de 39 ans fait face à deux chefs d'accusation d'infanticide et deux chefs d'accusation d'avoir disposé du corps d'un enfant dans l'intention de dissimuler sa naissance. Les faits allégués se seraient produits en 2014 et en 2016.

Les corps n'ont pas été retrouvés.

Shannon Dawn Rayner n'a pas encore répondu aux accusations déposées contre elle. La résidente de Charlottetown a été hospitalisée après sa mise en accusation à la mi-juillet. Mercredi, c'était la première fois qu'elle se présentait devant la Cour provinciale.

Son avocat, Thane MacEachern, a obtenu du juge John Douglas un ajournement des procédures jusqu'au 12 décembre. D'ici là, l'accusée devra subir une évaluation psychiatrique dans un établissement de la région.

Si elle est reconnue coupable, Shannon Dawn Rayner est passible d'une peine maximale de sept ans de prison.

Île-du-Prince-Édouard

Justice et faits divers