•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vélo d'hiver : plus simple qu'on pense!

Alexandre St-Laurent sur son vélo en hiver.

Alexandre St-Laurent enfourche son vélo l'hiver.

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Radio-Canada

Avec les chutes de neige des derniers jours et le froid qui est au rendez-vous cette semaine, le moment est bien choisi pour parler de vélo d'hiver... même en novembre.

Un texte de Mireille Roberge

Pour rendre l’expérience agréable et sécuritaire, il est important de connaître certaines règles de base du cyclisme hivernal. Alexandre St-Laurent, « nordicycliste », adepte de vélo utilitaire 12 mois par année depuis 10 ans, propose 5 grands conseils qui vous permettront de rouler sous zéro en toute confiance et avec le sourire!


1. Tu aimeras ton vélo, mais pas trop

Un vélo sur une route enneigée et glacée.

Le vélo l'hiver est soumis à toutes sortes de conditions

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Selon Alexandre St-Laurent, l'idéal pour faire du vélo l'hiver est de choisir un vélo auquel on n'est pas trop attaché et sur lequel on installera des pneus à clous pour affronter toutes les conditions. « Ensuite, il est préférable de ranger son vélo dans un endroit qui n'est pas chauffé, car lorsqu'on entre le vélo au chaud, la neige fond, l'eau s'infiltre un peu partout et on peut avoir des bris mécaniques lorsque le vélo retourne au froid », explique Alexandre St-Laurent.


2. Tu t’habilleras chaudement, mais pas trop

Un cycliste porte un casque, des lunettes et un cache-nez

Lunettes de ski et cache-nez font partie de l'équipement du cycliste en hiver.

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

« Il faut avoir un peu froid en sortant de la maison afin de ne pas avoir trop chaud après cinq minutes sur le vélo », précise le cycliste d'expérience. Alexandre suggère de s'habiller comme lors d'une sortie de ski de fond, avec plusieurs petites couches de vêtements. Les pieds profiteront de bottes ou chaussures chaudes avec lesquelles on sera à l'aise pour pédaler et pour la tête, un casque de ski sera de mise pour protéger les oreilles et demeurer au chaud en portant simplement une tuque mince.

Lorsque le mercure est en dessous de -5 degrés, des mitaines sont recommandées, avec de petits gants à l'intérieur si le mercure descend encore plus bas. Et, les lunettes de ski sont aussi essentielles pour protéger de la neige, du vent et du froid.


3. Tu accepteras de faire un peu de mécanique

Un cycliste change son pneu de vélo

Il faut savoir faire un peu de mécanique de vélo pour circuler l'hiver.

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Le « nordicycliste » doit bien huiler la chaîne de son vélo, soit avec la même huile que celle utilisée pendant l'été, qu'on appliquera plus souvent, ou avec une huile plus visqueuse. « Je prends de l'huile à transmission qu'on trouve chez Canadien Tire et j'en applique moins souvent », raconte le cycliste hivernal qui recommande aussi d'huiler les têtes de rayons, là où ils entrent dans la jante pour faciliter les ajustements des roues la saison suivante.

Et les pneus? En cette période de l'année, avec quelques plaques de glace, on installe un pneu à clou à l'avant afin de garder le contrôle du vélo. « Mais plus tard en janvier, c'est certain que je vais installer deux pneus à clous. C'est plus dispendieux, mais ça fait une bonne différence sur la sécurité et sur la confiance », explique Alexandre.


4. Tu deviendras celui que tout le monde voit

Le vélo en hiver doit être muni d'un bon système d'éclairage.

Le vélo en hiver doit être muni d'un bon système d'éclairage

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

« Je ne crois pas les automobilistes qui me disent qu'ils ne m'avaient pas vu », lance Alexandre en riant alors qu'il porte un grand dossard fluorescent semblable à ceux que l'on voit sur les chantiers de construction. Un vêtement qu'il conseille fortement, surtout qu'il s'enfile très bien par-dessus un manteau chaud.

Les lumières sur le vélo sont aussi indispensables en raison des journées qui raccourcissent et des nombreux déplacements à la noirceur. « On suggère souvent une puissance de 150 lumens pour la lumière avant. Mais même si vous avez moins que ça, ce n'est pas dramatique, mais ayez au moins un feu blanc à l'avant et un feu rouge à l'arrière », précise-t-il.


5. Tu prendras congé de vélo certaines journées

Un cycliste marche à côté de son vélo

Il faut savoir remiser son vélo certaines journées plus difficiles.

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Les pistes cyclables sont fermées durant l'hiver alors il faut parfois revoir son parcours pour se rendre au travail. « Commencez par tester le trajet une journée de fin de semaine pour éviter les surprises et ajoutez toujours un 5 à 10 minutes pour vous habiller et pour déneiger le vélo », dit-il en précisant qu'il est préférable de privilégier les rues plus tranquilles et moins achalandées. « Et allez-y lentement », ajoute-t-il.

Selon lui, il y a toutefois 1 journée sur 10 environ où il est préférable de prendre l'autobus. « Je regarde dans la rue près de chez moi. Quand je vois des autos qui ont de la misère à bien freiner, qui dérapent, je réfléchis à deux fois avant de sortir mon vélo. »

Envie d'en savoir plus? Alexandre St-Laurent tiendra une conférence intitulée Devenez nordicycliste le mardi 20 novembre à 18 h 30 dans les locaux de Craque-Bitume situés au 3005 4e Avenue à Québec. Un prix d'entrée sera exigé.

Sports