•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train léger à Ottawa : de la lumière au bout du tunnel, mais toujours aucune date de mise en service

Une station du train léger à Ottawa, vue de l'extérieur.
Un plan large du côté nord de la station Pimisi. Photo: Radio-Canada / Giacomo Panico

Les travaux de construction et de finition du futur train léger d'Ottawa se poursuivent sans anicroche selon le PDG d'OC Transpo, John Manconi. Aucune date de mise en service n'a toutefois été révélée.

Le PDG d’OC Transpo effectuait une mise à jour des travaux mercredi au Comité des finances de la Ville d’Ottawa.

Malgré le flou entourant la date de mise en service, la Ville maintient son objectif de permettre aux premiers passagers de monter à bord lors du premier trimestre de 2019. Le constructeur devra donner un minimum d’un mois d’avis à la Municipalité avant de lui remettre les clés du train.

Les sept stations à l’est du centre-ville sont complétées, incluant la station de l’Université d’Ottawa. Les portillons d’accès et les distributrices de billets sont également en place.

Des travailleurs de construction en action dans un couloir de la station Rideau du futur train léger d'OttawaLes travailleurs en action dans la station souterraine Rideau Photo : GTR

La station souterraine Rideau est encore en chantier, selon la présentation. La construction des plafonds, des escaliers et du système de signalisation est toujours en cours.

Les stations Parlement et Lyon semblent presque terminées.

Les tests se poursuivent sur les rails d’un bout à l’autre du projet, avec des trains à deux voitures. La vitesse de pointe de 83 km/h a été atteinte lors des essais.

Par ailleurs, des simulations sont en cours à certaines stations clés, pour pratiquer l’arrimage des correspondances entres les autobus et le train. En heure de pointe, des dizaines d’autobus assureront le transfert des passagers entre les stations et les quartiers résidentiels.

Des frais pour le constructeur

Le consortium du Groupe de transport Rideau (GTR) n’a pas respecté ses échéanciers initiaux. La première échéance de livraison du train léger était le 24 mai dernier. Elle avait été repoussée au 2 novembre.

Ces retards entraîneront des frais au consortium qui construit le train léger. Une amende d’un million de dollars est imposée à GTR, en plus de quatre millions de dollars par mois en frais d’entretien.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale