•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résidents de Zenon Park mettent la main à la pâte pour sauver leur église

Une photo de quatre femmes réunie pour faire des tourtières
Colette Marchildon, Janice Hudon, Denise Marchildon et Gisèle Yarbrough font des tourtières pour financer les travaux de réfection de leur église. Photo: Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith
Radio-Canada

L'église de la paroisse Notre-Dame-de-la-Nativité de Zenon Park fait peau neuve. Ces derniers mois, elle s'est dotée d'un nouveau toit et d'un nouveau clocher. Ces changements sont le résultat des efforts de Fransaskois de la communauté. Ils veulent une église en bon état pour des années à venir.

Un reportage de la Fureteuse fransaskoise Nicole Lavergne-Smith

Pour réussir à financer leur rêve, tous et toutes ont mis la main à la pâte.

Les rénovations de l'église à Zenon Park

À preuve le 20 octobre dernier, la cuisine de la salle communautaire de Zenon Park s’est transformée en véritable usine à tourtières!

Les tourtières cuisinées par les paroissiensLes paroissiens de l'église ont fait cent tourtières Photo : Gisèle Yarbrough

Cinq bénévoles de la communauté ont passé des heures bien installées le long des comptoirs pour cuisiner.

Ensemble, le groupe a adapté une recette familiale de la région pour créer une recette de tourtière qui fera le bonheur de tous les amateurs.

Le clocher de l'église avant et après les rénovationsL'intérieur du clocher avant et après les rénovations Photo : Armand Marchildon

Les paroissiens sont fiers des travaux accomplis jusqu’à maintenant. Un toit en métal a remplacé le toit de bardeaux. Le tout nouveau clocher complètement rénové est dorénavant illuminé tous les soirs.

Le clocher de Zenon Park illuminé en bleu pendant la nuit.Le clocher de l'église peut être illuminé de différentes couleurs Photo : Gisèle Yarbrough
Le clocher de l'église de Zenon Park illuminé en soiréeAgrandir l’imageLe clocher de l'église illuminé en soirée Photo : Gisèle Yarbrough

Et, depuis le printemps dernier, ce sont majoritairement des Fransaskois de la communauté, comme Armand Marchildon, qui ont été embauchés pour faire les travaux. « On travaillait de bonne heure le matin et on lâchait à midi. On revenait après souper. Il faisait chaud, surtout au sud. »

Une photo des rénovations de l'église. Michel Moyen et Armand Marchildon mettent la tôle sur le toitMichel Moyen et Armand Marchildon mettent la tôle sur le toit Photo : Gisèle Yarbrough

Différentes collectes de fonds, d'un bazar jusqu’à un BBQ, en passant par la vente de dîners chauds à l’école ont aussi servi à ce jour à financer les travaux.

Selon le prêtre de l’église, l’abbé Travis Myrheim, la paroisse a dépensé à ce jour 60 000 $ pour les rénovations. De l’argent que la paroisse avait dans un compte en banque depuis des années. Même s'il reste encore des fonds dans ce compte, il croit que la mobilisation des citoyens est primordiale pour la suite des travaux.

Les prochaines sommes amassées serviront, entre autres, à financer la réfection de la fondation et du perron. D’autres réparations à l’intérieur de l’église seront aussi nécessaires en raison de dommages causés par des infiltrations d’eau dans la toiture.

L'église de Zenon Park lors de sa construction en 1930Agrandir l’imageL'église actuelle construite en 1930 après la destruction par les flammes de l'église précédente Photo : Facebook

Si les Fransaskois de Zenon Park travaillent si fort pour sauver leur église, c'est que c'est l'un des derniers bâtiments encore debout liés à leur identité.

Sans l’église, selon Colette Marchildon, la moitié des résidents ne seraient plus à Zenon Park. « C'est notre culture, ça fait partie de notre culture, comme une tourtière », dit-elle en souriant.

Saskatchewan

Francophonie