•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baby-sitter, une pièce qui démasque la misogynie avec humour

Une femme est assise sur un fauteuil sur une scène entre deux hommes qui argumentent.
Baby-sitter est présentée au Périscope jusqu’au 24 novembre. Photo: Courtoisie/Veronique Boncompagni
Radio-Canada

Baby-sitter est une pièce fort intelligente qui, sous le couvert de l'humour, fait réfléchir aux rapports hommes-femmes dans notre société.

Un texte d’Anne-Josée Cameron

« Fourre-là dans l’cul! », c’est avec cette phrase-choc que commence la pièce de Catherine Léger.

Ces propos sont tenus par Cédric, un jeune père sous l’effet de l’alcool, à une journaliste en direct.

Cédric tente alors d’expliquer son geste à sa femme interloquée et à son frère journaliste-vedette. Tout ce beau monde essaie tant bien que mal d’expliquer la misogynie de Cédric.

C’est dans cette ambiance tendue que survient Amy, la nouvelle gardienne. Celle-ci a des techniques très particulières pour dénouer les tensions.

L’humour et la réflexion

Le texte de Catherine Léger est très bien écrit. Il alterne humour et réflexion avec ingéniosité, aidé en cela par la mise en scène impeccable de Philippe Lambert.

La jeune dramaturge s'interroge ainsi sur les relations entre les hommes et les femmes, sur la misogynie, sur le féminisme et sur l’égalité des sexes à travers les rapports tordus que tous les personnages entretiennent les uns avec les autres.

La pièce est portée par une excellente distribution. Mentionnons entre autres, Steve Laplante qui interprète avec juste assez de suffisance Jean-Michel, le journaliste-vedette donneur de leçons, et Victoria Diamond, lumineuse dans le rôle de la baby-sitter et incarnant les fantasmes de tous.

Baby-sitter est plus qu’un divertissement, c’est l’occasion de réfléchir aux véritables enjeux des rapports hommes-femmes, tout en bousculant les bien-pensants au passage.

La pièce est présentée au Périscope jusqu’au 24 novembre.

Spectacles

Arts