•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discorde entre la Commission scolaire de langue française et le ministre de l'Éducation de l'Î.-P.-É.

La Commission scolaire de langue française réfute fermement et en bloc les allégations de Jordan Brown, le ministre de l'Éducation de l'Île-du-Prince-Édouard.

La Commission scolaire de langue française réfute fermement et en bloc les allégations de Jordan Brown, le ministre de l'Éducation de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Julien Lecacheur

Radio-Canada

Jordan Brown, le ministre de l'Éducation de l'Île-du-Prince-Édouard, reproche à la Commission scolaire de langue française son inconstance en matière de projets présentés chaque année à la province. Des propos qui ont été fermement et fortement contestés par la Commission scolaire qui tenait une réunion mardi soir à Rustico.

Un texte de Julien Lecacheur

La liste de projets de la Commission scolaire de langue française (CSLF) a tellement changé d'une année à l'autre qu'il faut se demander où sont leurs priorités. C'est cette phrase prononcée par le ministre de l'Éducation qui a mis le feu aux poudres, mardi, lors de l'ouverture de la session parlementaire d'automne à Charlottetown.

Jordan Brown a été interrogé en Chambre par Brad Trivers, le député de l'opposition officielle de Rustico-Emerald, sur la question des rénovations de l'école Évangéline. Il a profité de sa réponse pour envoyer une pique à l'encontre de la Commission scolaire de langue française, qu'il juge incapable de tenir ses engagements d'une année à l'autre.

Le plan ne devrait pas être différent chaque année. Il devrait répondre aux mêmes besoins, aux mêmes priorités chaque année.

Jordan Brown, ministre de l'Éducation de l'Île-du-Prince-Édouard
Jordan Brown, le ministre de l'Éducation, se questionne sur les priorités établies et changeantes de la Commission scolaire de langue française.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jordan Brown, le ministre de l'Éducation, se questionne sur les priorités établies et changeantes de la Commission scolaire de langue française.

Photo : Julien Lecacheur

Et le ministre de l'Éducation ne s'est pas arrêté là. Il a ajouté que la Commission scolaire ne parlait plus d'une seule voix. Il a assuré avoir été approché par d'autres membres de la CSLF qui sont venus lui parler d'autres projets d'importance. Une situation intenable, selon Jordan Brown. Le travail d'une commission scolaire élue démocratiquement est de parler d'une seule et unique voix. Malheureusement, cela fait plusieurs fois que plusieurs personnes viennent me parler pour me parler de différents projets.

La Commission scolaire de langue française se défend

De son côté, la CSLF tenait mardi soir au Centre acadien du Grand-Rustico à Rustico sa réunion mensuelle. Son président ainsi que ses membres ont pris connaissance en notre présence des propos tenus dans l'après-midi par le ministre de l'Éducation. Choqués et offusqués, les membres du conseil se sont défendus et ont dénoncé unanimement les paroles de Jordan Brown par l'intermédiaire de leur président, Émile Gallant.

Je ne comprends pas ce que veut dire le ministre quand il dit que nous ne savons pas ce que nous voulons. Cela a été clair et net sur ce que nous voulions dans les trois dernières années. Malheureusement, le ministère ne veut pas nous écouter.

Émile Gallant, président de la Commission scolaire de langue française
Émile Gallant estime que la Commission scolaire de langue française a fait son travail. Elle a présenté un plan clair et précis au gouvernement en ce qui concerne les projets à réaliser.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Émile Gallant estime que la Commission scolaire de langue française a fait son travail. Elle a présenté un plan clair et précis au gouvernement en ce qui concerne les projets à réaliser.

Photo : Julien Lecacheur

Émile Gallant explique que la Commission scolaire travaille depuis trois ans sur des projets à long terme et notamment sur celui de l'école Évangéline. Selon lui, le conseil a même préparé un plan sur cinq ans. L'an dernier, le choix s'est porté sur l'aménagement de nouvelles classes au secondaire, à l'École-sur-Mer. Pour l'année en cours, c'est la rénovation de l'école Évangéline qui a été jugée prioritaire par la Commission scolaire. Cependant, la construction du gymnase de l'École-sur-Mer, qui n'a finalement pas été réalisée l'an dernier, fait aussi partie des plans soumis à la province cette année.

Émile Gallant rejette les affirmations du ministre de l'Éducation sur les dissonances au sein de la Commission scolaire. Il réclame des preuves de la part de Jordan Brown. Que le ministre nous parle de cela et qu'il démontre que cela est vrai ou non. Nous à la CSLF, nous avons pris une décision : l'école Évangéline est notre priorité pour le prochain budget d'immobilisation.

La réponse de la province pourrait être annoncée très prochainement par le gouvernement MacLauchlan. Le budget d'immobilisation devrait être présenté d'ici la fin du mois par les libéraux.

Le projet de rénovation de l'école Évangéline coûterait près de 20 millions de dollars. S'il est accepté, il pourrait, dans le meilleur des cas, être terminé à l'horizon de 2023.

Île-du-Prince-Édouard

Éducation